• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

3 bonnes raisons d’aimer Vimala Pons

3 bonnes raisons d’aimer Vimala Pons

La brune électrique et sensuelle du cinéma français fait son retour dans une comédie déjantée : La loi de la jungle, d’Antonin Peretjatko. Elle y confirme sa singularité et sa passion pour les aventures inattendues. Voici trois bonnes raisons de l’applaudir.

1- Vimala ne fait rien comme tout le monde

Ça ne s’invente pas : elle est née il y a 30 ans à Thiruvananthapuram, en Inde. Bébé, Vimala Pons ne faisait donc déjà rien comme tout le monde… Depuis, elle n’a jamais cessé de confirmer sa précieuse originalité. Sa première passion ? Le cirque. Avant d’être attirée par le théâtre et le cinéma, Vimala a en effet été une reine précoce du jonglage, puis a fréquenté de longues années en parallèle les cours de comédienne et ceux des Arts du Cirque. D’où sa prédilection, aujourd’hui, pour les rôles d’aventurières et de clown au féminin qui ne se refusent rien. Depuis quelques années, les réalisateurs français, de Bruno Podalydès (Comme un avion) à Michel Leclerc (La vie très privée de Monsieur Sim), en passant par Antonin Peretjatko (La fille du 14 juillet), plébiscitent son humour et son charme irrésistibles. Ils ont bien raison.

2- Vimala n’a peur de rien

Avec sa silhouette joliment élastique et ses grands yeux noirs, Vimala excelle à incarner les héroïnes qui rendent dingues de désir les mecs qui croisent leur chemin. Experte en sensualité décontractée, l’actrice a plusieurs fois interprété des filles émancipées qui jouaient avec leur corps pour parvenir à leurs fins, sans jamais se laisser marcher sur les pieds par les funestes machos. Cheftaine de troupe libertaire et ultra sexy dans La fille du 14 juillet, elle a aussi terrassé érotiquement Jean-Pierre Bacri dans La vie très privée de Monsieur Sim et, surtout, touché en plein cœur dans Je suis à vous tout de suite, de Baya Kasmi, l’histoire d’une fille de banlieue dont l’apparente liberté sexuelle dissimule de sévères zones d’ombre. Si Vimala aime les partitions fantaisistes où elle n’hésite pas à se mettre à nu, elle choisit aussi très bien ses rôles et ses films, qui, la plupart du temps, ne sont futiles qu’en apparence.

Crédits : X-Verleih

3. Vimala aime les projets fous

Les grands cinéastes lui font désormais les yeux très doux (Philippe Garrel dans L’ombre des femmes, Paul Verhoeven dans Elle), mais Vimala n’en oublie pas pour autant les réalisateurs qui l’ont fait connaître. Elle les accompagne dans leurs projets les plus dingos. La preuve avec La loi de la jungle, où elle retrouve Antoine Peretjatko, l’auteur de La fille du 14 juillet. Dans cette comédie foutraque, une sorte de Tintin punk, Vimala Pons incarne la dénommée… Tarzan, une bombe sexuelle atomique qui accueille en Guyane un stagiaire du "Ministère de la Norme" (sic) chargé de construire une piste de ski en pleine jungle. Résultat : une comédie délirante où Vimala, tout en humour déjanté et volupté conquérante, fait subir le meilleur et le pire aux mâles qui l’entourent. Ces derniers, incarnés par Vincent Macaigne et Mathieu Amalric, ne s’en plaignent pas une seconde. On les comprend.

"La loi de la jungle", de Antonin Peretjatko avec Vimala Pons, Vincent Macaigne, Mathieu Amalric… Sorti le 15 juin.  
 

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.