3 bonnes raisons d’aller voir "La brindille"

Une fille de 20 ans, enceinte de six mois, plonge dans le déni de grossesse. Avec La brindille, Emmanuelle Millet signe un film sensible qui ne sombre jamais dans la sensiblerie. Il y a (au moins) trois bonnes raisons pour courir le voir.

  • Par /
  • 20 SEP. 2011 /
la brindille
© D.R / La brindille film -

2. Parce que la vraie vie, au cinéma, c’est parfois bien.
Le cinéma français a de la chance : il peut compter sur ses forces féminines. Un mois après La guerre est déclarée, de Valérie Donzelli et quelques semaines avant Polisse, de Maïwenn, Emmanuelle Millet confirme que la vraie vie, ce sont les filles qui en parlent le mieux. Non contente de dépeindre avec finesse le parcours de Sarah, la cinéaste décrit avec clairvoyance l’époque et ses gros soucis. Accoucher sous X, est-ce si simple ? Bosser et ne pas se faire arnaquer à coups de stages foireux, est-ce possible quand on a 20 ans ? Dans les rues de Marseille, entre hôpitaux inhospitaliers, petits jobs précaires et système D à réinventer chaque jour, Sarah se cogne contre l’adversité. Celle d’aujourd’hui. Emmanuelle Millet la met en scène avec une lucidité impeccable.