• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Mais qui est... Shu Uemura ?

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait 6

Le 26 décembre 2007, Monsieur Shu Uemura nous quittait. En 1967, il avait fondé sa marque, parfaite alliance entre la nature, la science, l’art et la beauté. Retour sur l’œuvre de ce maquilleur devenu star de l’univers cosmétique à travers ses produits, ses créations et son parcours.

LIRE LA SUITE
1 /6

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

La beauté vue par M. Shu Uemura

On pourrait résumer l’esprit de la marque Shu Uemura par l’expression : "L’art de la beauté". "L’art repose essentiellement sur l’imagination", déclarait M. Shu Uemura. "Et c’est pourquoi mon travail peut être relié à l’Art – c’est un exercice d’imagination". La marque va également bien au-delà. Shu Uemura croit en l’intelligence de la nature et formule ses produits à partir d’actifs naturels, principalement des phyto-ingrédients asiatiques considérés comme les plus puissants. Et pour concrétiser le pouvoir de la nature, il mettait un point d’honneur à utiliser le meilleur de la technologie. "La science permet d’atteindre la beauté". Un élément indispensable donc.

2 /6

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, d’hier à aujourd’hui

En 1955, Shu Uemura commence sa carrière de maquilleur à Hollywood sur le film "Joe Butterfly". Il devient ensuite l’un des make-up artists chouchous du cinéma américain. Il transformera Shirley MacLaine en geisha pour le film "Ma Geisha" et deviendra le maquilleur préféré de Franck Sinatra. En 1965, il fonde le Shu Uemura Make-up Institute, son école de maquillage. Six ans plus tard, il fonde JM Laboratories Inc, qui sera rebaptisé Shu Uemura en 1982, et commence à créer ses propres soins de beauté. Ses produits cartonnent, si bien qu’il ouvre sa propre boutique en 1983 à Tokyo, puis sa deuxième à Paris en 1986. En 2007, après être devenu partenaire de L’Oréal, Shu Uemura s’attaque au seul domaine sur lequel il était absent : les produits capillaires. Il crée la ligne professionnelle "Art of Hair", sa dernière création.

3 /6

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

L’innovation pour fer de lance

Au fil des années, Shu Uemura s’est forgé une place de choix dans l’industrie cosmétique de pointe, pour créer des produits et des concepts de plus en plus innovants. En 1998, il lance la ligne DEPSEA WATER. Il devient alors la première marque à proposer de l’eau de mer profonde dans un soin de beauté. La même année, il ouvre le Shu Uemura Atelier Factory 1999, un concept de boutique atelier qui permet à la demande de créer des couleurs de maquillage exclusives et sur mesure. En 2006, il lance les rouges à lèvres "Rouge Unlimited" formulés à base de pigments hybrides qui permettent de créer une gamme de couleur d’une précision sans précédent. L’an dernier, il lance la ligne "Phyto-black lift", première ligne de soin anti-âge formulée à base de phyto-ingrédients noirs.

4 /6

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Des looks uniques

Fort de ses produits uniques, Shu Uemura s’est efforcé de créer des looks très originaux au fil des saisons. Shu Uemura suit les tendances mais garde ses marques de fabriques : un teint diaphane, toujours parfait, proche de celui d’une Geisha en moins marqué, des couleurs franches et flamboyantes, généralement posées en aplat sur les paupières ou les lèvres et une petite touche artistique supplémentaire. Au choix : des faux cils vertigineux, de petits dessins ou des dégradés dignes de toiles de maître. Contrairement aux marques qui créent un look pour mettre en avant leurs produits, Shu Uemura communique également sur une technique et un nouveau sens du maquillage, l’élevant au rang de véritable art.

5 /6

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Des lieux cultes

Nées dans les années 80, les boutiques Shu Uemura sont le symbole même de la marque. La première boutique parisienne, située à St Germain des Prés, propose un design épuré et coloré avec une vitrine arrondie où s’exposent les produits phares de la marque. Bien plus que de simples boutiques, on y propose l’essentiel en beauté : des conseils prodigués par des maquilleurs professionnels. En 2005, naissent les "Tokyo Lash Bar", présents dans le monde entier. Ces espaces ludiques et modernes proposent aux femmes de découvrir l’art des faux cils, de leur choix à la pose. On peut également venir y faire une pause beauté pour se faire maquiller ou apprendre à se maquiller. La pause beauté est également l’un des points fort du dernier né de la marque, le "Nail bar" qui propose la cérémonie des mains, aussi exotique que déstressante.

6 /6

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Shu Uemura, Tokyo Lash bar, portrait

Le make-up show

A la fin des années 60, la notoriété de Shu Uemura fait bon lorsqu’il décide de présenter la beauté sous forme de show. Il réunit les professionnels et les passionnés autour de ses mises en scène artistiques. Fidèle à cet esprit, Shu Uemura lance en 2006, la "Make-up competition" où les jeunes maquilleurs des écoles s’affrontent sur un thème donné et doivent réaliser le maquillage le plus artistique possible. Ils sont alors jugés sur leur œuvre comme de véritables peintres. Pour ponctuer ces compétitions, les maquilleurs stars de la marque se livrent à leur tour à un show étonnant où le visage se pare de couleurs et de textures pour devenir une véritable œuvre d’art vivante.

Voir la vidéo de la dernière Make Up Competition.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.