• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Porter des faux ongles serait risqué pour la santé

Faux ongles

Mardi dernier, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a publié un rapport qui nous a appris deux choses : il existe des risques à porter des faux-ongles, et ces risques ne sont pas à prendre à la légère. On fait le point.

Le port de faux ongles, une habitude pour de millions de femmes dont on ne soupçonnerait pas qu’elle puisse porter atteinte à la santé. Et pourtant, il existe de nombreux aléas à cette coquetterie qui paraît si bénigne. Premier risque : le décollement de l'ongle, dure conséquence aux erreurs qu’on peut commettre lors d’une pose de faux ongles. Un limage trop agressif, ou une application au-delà de la limite des cuticules, peuvent effectivement entraîner une inflammation de l’ongle, puis sa chute. A savoir aussi, porter des ongles artificiels, c’est vous exposer à un risque d’allergie au gel, à la colle ou à la résine, et de contracter un eczéma. Enfin, sachez qu'une inflammation est possible après le retrait de l'ongle artificiel (si votre ongle devient jaune ou vert, mauvais signe, il s'agit probablement d'une mycose).

Autant de réjouissances dont on se passerait bien donc. Pour cela, l’ANSM préconise de choisir des faux ongles courts (moins violents au niveau du lit de l’ongle naturel), de faire la pose sur des ongles parfaitement clean, et surtout, par un professionnel.

Lire le rapport de l'ANSM, ici.

À lire aussi

Lucie Davis
Des faux-ongles pour remplacer notre pass de métro ?

LIRE LA SUITE
Mélanie Nauche
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.