• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Comment se débarrasser d'un tatouage honteux ?

La méthode sûre La méthode classique Les méthodes ancestrales... et à ne pas reproduire ! La méthode provisoire 5

Un tatouage c’est pour la vie. Pourtant, on le regrette parfois. Si vous hésitez encore sur la méthode à utiliser pour faire disparaître ce motif honteux, voici le guide pour tout savoir sur le dé-tatouage.

LIRE LA SUITE
1 /5

La méthode sûre

La méthode sûre

LE LASER

Points positifs : c'est la seule méthode efficace à ce jour. Jusqu'à maintenant, l'appareil de référence est le laser Q Switched. Selon Nadine Pomarède, dermatologue, il est idéal pour traiter un tatouage noir. Malheureusement, il est beaucoup plus difficile d’effacer un tatouage de couleur, surtout lorsqu'il s'agit de pigments clairs comme le jaune, le blanc, ou le bleu ciel. Depuis peu, un nouvel outil a fait son appartition chez les professionnels de santé, le laser Picosure. Selon Nadine Pomarède, sa durée d'impulsion raccourcie, permet de rapprocher les séances dans la durée, car le temps de cicatrisation est considérablement diminué.

Points négatifs : pour n'importe quel laser, l'acte se pratique chez un dermatologue et nécessite l’application d'une crème anesthésiante. On ne va pas se mentir, l'opération n'est pas une partie de plaisir : "cet acte est bien plus douloureux qu'une séance de tatouage" précise Loïc, tatoueur et patron des salons Abraxas. C'est également très onéreux : retirer un tatouage nécessite 5 à 15 séances au prix de 150 à 200 € pour le laser Q Switched et de 300 à 600 € pour le laser Picosure.

Que choisir ? Si votre tatouage n’est pas polychromatique, mieux s’il est noir, choisissez le laser Q Switched. Sinon, optez pour le laser Picosure, plus efficace sur des pigments de couleurs. 
D'autre part, le laser rencontre une résistance avec les peaux métisses. Si vous êtes dans ce cas, il est donc préférable d’opter pour un recouvrement chez son tatoueur, afin d'éviter tout cas de dépigmentation de la peau.

2 /5

La méthode classique

La méthode classique

LE RECOUVREMENT

Points positifs : cette technique permet de recouvrir un tatouage par un nouveau qui nous ferait plus envie ou moins honte (au choix). Elle représente 20 à 30 % de l'activité d'un tatoueur. Même si cette méthode paraît simple, Loïc, tatoueur chez Abraxas précise un paramètre important : "il faut savoir que la taille finale du tatouage de recouvrement sera 2 à 3 fois plus importante que l'initial". Enfin, "on ne recouvre jamais un tatouage par une couleur plus claire que sa teinte originale".

Points négatifs : le recouvrement demande plus de temps et surtout beaucoup plus de travail. Le motif doit être plus compact et plus dense, au niveau de la matière de remplissage. Son tarif s'avère, de ce fait, plus important qu’un tatouage classique. A noter que le travail d'un bon tatoueur s'élève entre 150 et 200€ (HT) de l’heure, et que le prix final dépend de la taille de la pièce, de son positionnement sur le corps ainsi que des pigments utilisés. Cette méthode représente donc un budget. C'est pourquoi il est obligatoire de bien réfléchir, avant de se faire encrer la première fois.

3 /5

Les méthodes ancestrales... et à ne pas reproduire !

Les méthodes ancestrales... et à ne pas reproduire !

LA METHODE DU LEGIONNAIRE

Pour se faire dé-tatouer, les légionnaires utilisaient une méthode très peu recommandable. Elle consistait à recouvrir le tatouage avec du caramel chaud. Il fallait ensuite, effectuer un bain de javel afin de finaliser le processus. Cette méthode peu hygiénique était aléatoire et très abrasive pour la peau. Interdiction donc de la mettre en oeuvre !

LA METHODE DE GRAND-MERE

Le trempage est une astuce qui consiste à baigner la peau tatouée, quelques heures, dans de l’eau salée. Les composants de l’eau salée permettraient aux tissus cutanés de se débarrasser progressivement des encres. Mais cette solution est, tout comme la première, très aléatoire à cause de la diversité des encres utilisées de nos jours. De plus, le processus d'effacement est très lent et les résultats, peu probables.

4 /5

La méthode provisoire

La méthode provisoire

LE CAMOUFLAGE MAKE-UP

Points positifs : si l’on souhaite recouvrir son tatouage de manière temporaire, pour une occasion spéciale ou par manque de budget, il est tout à fait possible de réaliser un camouflage, avec les produits de sa trousse de toilette. Il suffit d’un bon fond de teint couvrant (tenue 12h) et d’une poudre.

Comment ? 
Nous avons rencontré Julien Michelet, make-up artist Clinique, qui nous a conseillé pas-à-pas.

Il faut toujours préparer sa peau afin d’éviter un effet plâtre, lors de la superposition des couches de maquillages. Avant tout camouflage, on exfolie et on hydrate sa peau (épilée au préalable), principalement au niveau de la zone tatouée.
La clé d'un camouflage réussi demeure également dans le choix de la couleur de son fond de teint et de sa poudre. Si l'on trouve la bonne, alors le plus important est (presque) fait. Pour le reste, voici les conseils à suivre :

1) Appliquez votre fond de teint fluide (en tapotant au doigt ou avec une éponge, si le tatouage est de taille importante) sur la zone tatouée, tout en étirant bien la matière. Le but est de la fondre avec le naturel de la peau. Le secret pour tout bon camouflage, c’est de travailler en couche fine uniforme car la peau se prête mieux à recevoir plusieurs couches successives de maquillage.

2) A l’aide d’un gros pinceau, poudrez l'ensemble sans attendre.

3) Travaillez par superposition et enchainez successivement fond de teint et poudre, en réduisant étape après étape la zone de travail. Ne pas oublier de flouter les bords, à l’aide d’un pinceau anticernes (ou d’un coton-tige) pour un résultat plus naturel. Pour ces étapes succéssives, laissez sécher 5 minutes (idéalement) entre chaque étape.

4) Utilisez un spray fixant afin d'optimiser la tenue du camouflage.

5) Si à un moment donné, vous avez un peu la main lourde, pas de panique ! Utilisez une éponge ou un disque de coton sec et effleurez la zone à corriger. Ce geste permettra d'éliminer la fine pellicule superflue, sans aucun dégât sur les couches précédentes.

Points négatifs : cette solution reste provisoire et a une durée très éphémère. De plus, Julien Michelet conseille d'éviter les frottements, qui pourraient altérer le camouflage. Cette méthode reste fragile.

5 /5

L'avenir ?

L

BIENTÔT UNE CREME ?

Un étudiant canadien, Alec Falkenham a mis au point ces derniers mois, une crème qui permettrait d'effacer les tatouages. Actuellement testé outre Atlantique, ce traitement indolore aurait l'avantage d'éviter les brûlures comme celles causées par le laser, mais aussi et surtout de coûter seulement 3€95 (le prix d'un tube de crème). Une somme qui permettrait d'effacer un tatouge de 10cm sur 10cm. Reste désormais à savoir, si le brevet du produit sera validé et commercialisé, en France.

Par ailleurs il existerait un nouveau pigment aux Etats-Unis, plus sensible au laser et qui permettrait en une seule séance d'éliminer son tatouage. La chose est actuellement en développement Outre-Atlantique et arrivera peut-être prochainement en France.
 

 
 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.