• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

J’ai des poils sur le visage

J’ai des poils sur le visage

Certes, Frida Khalo était une beauté à son époque, mais en 2010, pas facile d’assumer un duvet brun au-dessus des lèvres.

Dans certains cas, l’hyperpilosité peut même engendrer une véritable détresse psychologique. Il est donc important de briser ce tabou et de foncer chez le dermato, car des solutions existent.

Ne pas hésiter à consulter

Au-delà du préjudice esthétique évident, l’hyperpilosité peut être l’expression d’un problème plus sérieux. Premier point, il faut donc distinguer l’hypertrichose qui est une exagération de la pilosité dans des zones normalement poilues (bras, jambes, duvet du visage) et qui relève d’un traitement esthétique, de l’hirsutisme qui touche des zones habituellement imberbes chez la femme (poils noirs et drus sur la lèvre supérieure, le menton, les favoris ou le cou) et pour lequel un bilan réalisé par un endocrinologue est nécessaire pour vérifier l’absence d’anomalie hormonale. Des hormones mâles, les androgènes, peuvent en effet être présentes en quantité trop importantes et stimuler la pousse des poils. C’est souvent le cas lorsque l’hyperpilosité est associée à des troubles des règles ou une obésité. Dans 70 à 80% des cas, il s’agit d’un syndrome des ovaires polykystiques. Un traitement systémique permet alors de rectifier le déséquilibre hormonal et freiner la repousse des poils.

Déclarer la guerre aux poils

En cas d’hirsutisme sans dérèglement hormonal majeur ou d’hyperpilosité ethnique, le traitement local est privilégié : épilation classique ou laser. Véritable révolution dans le domaine de l’épilation, le laser permet de détruire en quelques séances plus de 80% des poils, mais des séances d’entretien sont souvent nécessaires. Ses limites : les poils clairs et fins qui ne seront pas éliminés et il existe un risque, celui de repousse paradoxale au niveau du visage. Une alternative thérapeutique est possible dans ce cas, avec une crème à base d’éflornithine prescrite par le dermatologue.

LIRE LA SUITE
Camille Sorel
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.