• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

C'est dans le mag : high energy !

beauté high energy

Parce qu’en cette saison il n’y a pas que les températures qui dégringolent, on coache sa peau, son moral et son alimentation pour éviter coups de pompe et baisses de régime. Prête ?

La première à accuser le coup en cas de coup de mou ? La peau, bien sûr. Comme nous, elle fonctionne à l’énergie. " L’ATP (adénosine triphosphate) permet aux cellules de se diviser, au collagène de se renouveler, aux fibroblastes de s’étirer… Bref c’est le carburant de l’ensemble du métabolisme cutané", explique Edouard Mauvais-Jarvis, directeur de la communication scientifique Dior.

Le hic ? Avec le temps, le moteur se fatigue et finit par produire autant (voire plus) de pollution (les radicaux libres) que d’énergie. Résultat : on perd en éclat, on marque plus vite, et les premières ridules apparaissent.
Pour contrer le processus, la première parade consiste à stimuler la production d’ATP grâce à des soins énergisants blindés en vitamines, extraits de plantes, agrumes… Le risque ? Accroître aussi la production de radicaux libres et donc le vieillissement qui les accompagne.

Deuxième stratégie : non pas stimuler la peau, mais l’aider à se défendre grâce à des soins antioxydants, riches en vitamine E, algues, champignons… qui jouent les super-boucliers.

La troisième piste (et la plus prometteuse) "travaille à améliorer en amont la qualité même du rendement des cellules, pour qu’elles produisent beaucoup d’énergie et peu de déchets, comme elles le font chez une peau jeune", décrit Edouard Mauvais-Jarvis. Autrement dit, coacher les cellules pour qu’elles conservent ou retrouvent les caractéristiques qu’elles possédaient à l’origine. Les labos y travaillent d’arrache-pied. De notre côté, en plus d’un soin qui dope l’épiderme, on adopte les bonnes habitudes qui boostent l’énergie.

1) Ignorer le diktat du "bon petit déj"
Des chercheurs de l’université de l’Alabama ont passé à la loupe les études traditionnellement citées pour prouver qu’il n’y a pas de minceur sans copieux petit déj. Leurs conclusions ? Aucun lien ! Autrement dit, inutile de se forcer si on n’a pas faim. Surtout si on a l’habitude de commencer par un jus d’orange en croyant faire le plein de vitamines. Dans les jus en bouteille, pasteurisation oblige, il n’en reste aucune ! En revanche, le sucre fait immanquablement grimper en flèche la glycémie, entraînant par la suite un gros coup de fatigue. A la place, on corse le jus d’un demi-citron (pas de sucre, plein de vitamines) dans de l’eau tiède, avec un peu de gingembre énergisant et riche en minéraux.

2) Perdre du temps pour en gagner
Adepte des journées tunnel, où on avale un sandwich devant l’ordi, histoire de maximiser sa productivité ? Mauvais calcul. Le cerveau a impérativement besoin de s’oxygéner pour garder le cap, sinon, c’est prouvé, la concentration baisse, la réflexion s’enlise et on perd en efficacité. Donc on décolle de l’ordi et, même si on prend un sandwich, on marche dix minutes le nez au vent, absolument. Si en plus il y a un rayon de soleil, ça permet d’augmenter son stock de vitamine D, dopeuse de bonne humeur.

Découvrez la suite de nos conseils anti coups de pompe dans le numéro 117 en kiosque actuellement.

Abonnez-vous ici au magazine Glamour en version papier ou numérique !

LIRE LA SUITE
Christelle Baillet et Alice Elia
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.