J’ai testé le body combat
(et j'aime ça)

Les séances de sport molles et répétitives ont eu raison de ma motivation. Bien décidée à trouver une discipline qui muscle, défoule et sort de l’ordinaire, j’ai testé le body combat, un mélange de fitness et d’arts martiaux.

Le body combat
© LES MILLS -

Jeudi matin, 9h30, rendez-vous au Club Med Gym Porte Maillot pour tester un cours de BODY COMBAT™. La perspective de découvrir ce sport dont on me chante les louanges me ravit. Celle de me lever bien trop tôt pour souffrir et transpirer en compagnie d'inconnus beaucoup moins. Rien qu’à l’intitulé, on sait déjàqu’on ne pourra pas débriefer le dernier épisode de Desperate Housewives entre deux mouvements.
La discipline associe exercices de fitness et mouvements issus des arts martiaux et sports de combat tels que la boxe, le taekwondo, le karaté, le kick-boxing et le tai-chi. Mais le BODY COMBAT™, ce n'est pas de la bagarre. Les coups, donnés à un adversaire invisible, sont utilisés pour étirer les muscles et non pour se battre.

La phase d'échauffement débute et le coach en profite pour nous présenter les principaux mouvements utilisés dans le BODY COMBAT™. Coup de poing droit, crochet et uppercut, front kick, side kick et back kick pour les coups de pieds. Oubliez les explications type : « Mawashigeri coup de pied circulaire, parce que c’est un coup de pied qui est circulaire », le coach est hyper sérieux et on a plutôt intérêt à suivre.

On se prépare « au combat » tout en se calant sur le tempo de la musique. Au départ, je peine à trouver le bon rythme et à enchainer les mouvements. Mais je me rends compte que je ne suis pas la seule: la salle entière semble avoir été envahie par un troupeau d’éléphants affolés. Mais au bout d’un moment, on finit par se coordonner et les différents mouvements assemblés prennent des allures de chorégraphie. Les séquences s’enchaînent pendant environ 30 minutes, durant lesquelles on se concentre sur les bras, les jambes puis sur l’ensemble du corps dans un rythme de plus en plus soutenu et saccadé pour travailler l’endurance. Et, bien que les coups soient portés "pour de faux", précision et puissance sont de rigueur pour que l’ensemble du corps travaille.