J'ai testé l'Adi Zone Cycling, le vélo version hi-tech

Mieux que les haltères et moins ennuyeux que le tapis de course, Adidas lance le cycling version 2012 avec l’Adi Zone Cycling. Voici comment je me suis transformée en cycliste de haut niveau dans une ambiance dynamique, au péril de mes muscles.

J'ai testé l'Adi Zone Cycling
© Adi Zone -

Jeudi 29 septembre, sur le parvis de la Bibliothèque Nationale de France, Adidas présente sa nouvelle activité : l’Adi Zone Cycling. La démonstration de ce nouveau concept se déroule en plein air dans une ambiance encore très estivale. L’invitation donne peu d’indications, elle promet juste « une expérience urbaine unique ». N’étant pas très sportive mais très urbaine je décide de tenter le coup. Le rendez-vous est pris à 20h pétantes. Il est 20h10, je suis en retard. Pas le temps de souffler, l’attachée de presse me conduit au vestiaire et me donne la tenue adéquate : tee-shirt aux trois bandes, bleu pour les filles et rouge pour les mecs. Plutôt pas mal. Je suis conquise pour le haut. Je commence à déchanter à la vue du pantalon enfin plutôt du caleçon ultra-moulant en lycra. Le genre de chose qui "met en valeur" les moindres petits bourrelets disgracieux et qui rentre dans les fesses. Après ce détour précipité dans les vestiaires, le coach me remet le Micoach Zone. Le quoi ? Petite explication de monsieur le coach : le Micoach Zone est un bracelet, préalablement programmé qui va me permettre de gérer ma cadence durant l’effort. La performance sera rythmée par quatre couleurs : Bleu, vert, jaune et rouge. Chaque couleur correspondant à un palier.

Place maintenant à la pratique. Je suis fin prête. Je me dirige vers la trentaine de journalistes, déjà installée sur les vélos d’appartement super high-tech. Totalement boudinée dans ma tenue, j’observe les autres journalistes, qui eux, semblent très à l’aise dans leur panoplie de cycliste. Caméra, flash, spectateurs au taquet, the show must go on. La démonstration commence au son de Womanizer de Britney Spears. La tension monte, mon bracelet s’illumine et les immeubles qui nous entourent s’éclairent au rythme de nos mouvements.