• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Régime rapide : pourquoi ça ne fonctionne pas ?

Régime rapide : pourquoi ça ne fonctionne pas ?

Avant un mariage, l’été ou pour une occasion spéciale, un régime rapide c’est plus que tentant… Mais malheureusement pas efficace. Encore dubitatives ? Voici 4 arguments pour vous convaincre.

Régime Natman ou régime soupe aux choux, les programmes minceur pour perdre du poids aussi vite que la lumière fleurissent à tour de bras. Si l’on connaît toutes quelqu’un qui connait quelqu’un qui a perdu du poids grâce à l’un de ces régimes rapides, sachez désormais qu’ils ne fonctionnent pas sur le long terme ! Mais pourquoi ?

1/ Les régimes ne marchent pas

Les docteurs Gérard Apfeldorfer et Jean-Michel Zermati, auteurs du livre "Mensonges, régime Dukan et balivernes", avaient déjà expliqué que le poids n’était que le résultat du patrimoine génétique, de l'environnement et de l'histoire personnelle. Ils nous incitaient à adopter une alimentation équilibrée plutôt qu’un régime qu’ils jugeaient "baliverne". Tracy Mann, chercheuse américaine et enseignante en psychologie à l'université du Minnesota a également prôné le fait que les régimes ne marchaient pas après plus de 20 ans d’analyse. L’auteure de Secrets From The Eating Lab a expliqué qu’ils contribuaient à créer des carences et à finalement s’auto-blâmer si quelques kilos étaient amenés à re-pointer le bout de leur nez. Résultats ? Inefficacité et impact psychologique néfaste en prime.
 

2/ Le régime rapide est dangereux pour la santé

Petit rappel : une femme a besoin, en fonction de son activité physique, de 1800 kcal par jour et un homme de 2000 kcal. Or certains régimes ne procurent nullement cet apport calorique dont nous avons besoin pour être en bonne santé par jour. Par exemple, on consomme entre 600 kcal et 800 kcal dans le régime Thonon. Conséquence ? Grande fatigue, faiblesse et carences alimentaires.

D’autant plus que les régimes hypocaloriques s’avèrent être inefficaces. Entre 1980 et 1990, les Américains avaient diminué leurs apports énergétiques de 4% et leur consommation de graisses de 11%. Néanmoins, dans un rapport publié en 1997, les auteurs ont remarqué que l’obésité aux Etats-Unis a progressé de 31% et ont donné un nom à ce constat surprenant : "The American Paradox" (le paradoxe américain). Par conséquent, il n’y a pas de corrélation entre l’obésité et le niveau calorique des apports alimentaires. Dans le cas des régimes hyperprotéinés, l'apport soudain et en plus grand nombre de protéines peut perturber l'organisme et en bouleverser le fonctionnement.

3/ L’effet yoyo (presque) garantit

En quelques semaines - parfois même en quelques jours, on reprend ce que l’on avait - chèrement - perdu, et plus ! D’où "l’effet yoyo" avec le poids qui monte et descend en un rien de temps. Dans un régime rapide, il s’agit d’un programme drastique et par conséquent, à partir du moment où le corps est soumis à un mode alimentaire normal et équilibré, on reprend du poids. D’après une enquête menée par Santé-médecine.net et le Journal des Femmes Santé en 2011, près de 80 % des personnes reprendraient le poids perdu au bout de 3 ans après un régime Dukan.

4/Les régimes rapides sont contre-productifs

On pourrait également trouver une explication de l’inefficacité des régimes rapides du côté des hormones de l’appétit, la ghréline, et celle de la satiété, la leptine puisque la privation plus ou moins longue qui accompagne la diète va en modifier la sécrétion. En effet, après un régime pendant dix semaines sur une cinquantaine de patients obèses à l’Université de Melbourne, le régime a provoqué une diminution du taux de leptine (satiété), et une augmentation du taux de ghrélin (appétit). Conséquences ? Quand on fait un régime, nos hormones nous poussent à manger plus et la diète s’avère donc plus difficile à tenir. De plus, un an après l’arrêt du régime, les chercheurs ont mesuré à nouveau le taux de ces hormones et ont découvert qu’ils n’étaient pas revenus à la normale mais que la sensation de faim avait augmentée. Super.

La solution ?

Elle est simple et on la connait toutes : avoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière. La constance est la seule chose qui soit payante, alors courage !

LIRE LA SUITE
Myriam Benachour
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.