• Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

J'ai testé l'Adi Zone Cycling, le vélo version hi-tech

J

Mieux que les haltères et moins ennuyeux que le tapis de course, Adidas lance le cycling version 2012 avec l’Adi Zone Cycling. Voici comment je me suis transformée en cycliste de haut niveau dans une ambiance dynamique, au péril de mes muscles.

Jeudi 29 septembre, sur le parvis de la Bibliothèque Nationale de France, Adidas présente sa nouvelle activité : l’Adi Zone Cycling. La démonstration de ce nouveau concept se déroule en plein air dans une ambiance encore très estivale. L’invitation donne peu d’indications, elle promet juste « une expérience urbaine unique ». N’étant pas très sportive mais très urbaine je décide de tenter le coup. Le rendez-vous est pris à 20h pétantes. Il est 20h10, je suis en retard. Pas le temps de souffler, l’attachée de presse me conduit au vestiaire et me donne la tenue adéquate : tee-shirt aux trois bandes, bleu pour les filles et rouge pour les mecs. Plutôt pas mal. Je suis conquise pour le haut. Je commence à déchanter à la vue du pantalon enfin plutôt du caleçon ultra-moulant en lycra. Le genre de chose qui "met en valeur" les moindres petits bourrelets disgracieux et qui rentre dans les fesses. Après ce détour précipité dans les vestiaires, le coach me remet le Micoach Zone. Le quoi ? Petite explication de monsieur le coach : le Micoach Zone est un bracelet, préalablement programmé qui va me permettre de gérer ma cadence durant l’effort. La performance sera rythmée par quatre couleurs : Bleu, vert, jaune et rouge. Chaque couleur correspondant à un palier.

Place maintenant à la pratique. Je suis fin prête. Je me dirige vers la trentaine de journalistes, déjà installée sur les vélos d’appartement super high-tech. Totalement boudinée dans ma tenue, j’observe les autres journalistes, qui eux, semblent très à l’aise dans leur panoplie de cycliste. Caméra, flash, spectateurs au taquet, the show must go on. La démonstration commence au son de Womanizer de Britney Spears. La tension monte, mon bracelet s’illumine et les immeubles qui nous entourent s’éclairent au rythme de nos mouvements.

Encouragée par les cris du coach, j’atteins le premier palier. « J’espère que vous n’êtes pas trop fatigués car ce n’est que l’échauffement », scande le coach.  Ah bon ? Seulement l’échauffement ? Et c'est maintenant que la partie commence. Le MiCoach Zone vire au jaune, ce qui veut dire que le rythme commence à devenir élevé. La musique s’accélère et nous voilà totalement transformés en pseudo cyclistes de haut niveau, prêts à tout pour franchir la ligne d’arrivée (imaginaire). Les premières gouttes de sueur commencent à ruisseler sur mon front, mes cuisses souffrent, je ne parle même pas de mes fesses. Les années de "no sport" se font sentir. Je me lance dans un sprint en scrutant les autres journalistes qui ont l’air de souffrir autant que moi.

On ralentit la cadence en douceur, le bracelet vire au bleu, nous arrivons dans la phase de récupération. J’essaie de me détendre une fraction de seconde en essayant de ne pas perdre le fil de la course. Les spectateurs nous observent et lancent quelques encouragements. Plus facile à dire qu’à faire. « Et c’est reparti les amis, nous entamons la dernière ligne droite », hurle le coach. Le MiCoach Zone revient dans le rouge, la musique accélère et nous entamons notre dernier sprint. Le signal rouge nous signifie qu'il faut tout donner, alors je me lâche et je pédale aussi vite que je peux. Après une heure de cycling ultra intensive, nous terminons en beauté par une séance d’étirement « indispensable pour pouvoir encore marcher le lendemain », selon les dires du coach. En descendant du vélo, je ne sens plus mes jambes et j’arrive à peine à marcher tellement le rythme était effréné. Bilan de l’Adi Zone Cycling : 1 heure de vélo, 600 calories en moins, 3 jours de courbatures (il faut souffrir pour être belle). Encourageant. Le buffet attendra.

Pour plus d'informations :

www.clubmedgym.com

LIRE LA SUITE
Alison Grcar
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.