• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Bracelets connectés : les nouveaux coach minceur?

Bracelets connectés : les nouveaux coach minceur ?

Depuis quelques mois, les bracelets connectés fleurissent sur les poignets des sportifs aguerris ou en devenir. A quoi servent-ils et marchent-ils vraiment ? Nous en avons testé deux et on vous dit ce qu'on en pense.

Le bracelet connecté, c'est quoi ?
Comme son nom l'indique, il s'agit d'un bracelet, connecté à une application ou à un ordinateur qui va analyser notre activité physique tout au long de la journée.
Les détails des analyses varient selon les modèles et les marques, mais dans leur globalité, les bracelets connectés sont là pour nous inciter à mieux manger, plus bouger et avoir un meilleur sommeil. C'est un coach de vie virtuel en somme.

###Twitter###Comment ça marche ?
On porte le bracelet tout au long de la journée. Les données de nos mouvements sont stockées jusqu'au moment où l'on connecte son bracelet à son appli. Le mode de connexion se fait soit pas Bluetooth, soit par la prise casque de votre smartphone. Les données sont alors compilées et analysées par l'appli : nombre de pas dans la journée, heures d'inactivité... Certaines applications permettent même d'enregistrer les aliments consommés (soit en scannant directement leur code barre, soit en entrant directement le nom des aliments) afin d'analyser le rapport calories absorbées / calories brûlées.

Certains modèles se portent aussi la nuit pour analyser nos phases de sommeil (sommeil profond vs sommeil léger) et nous réveiller au moment le plus propice. Plutôt pratique si l'on souhaite se réveiller en pleine forme et non la tête encore dans la farine.
Pour le recharger, c'est facile : tout se passe par une prise USB. La batterie dure entre 5 et 10 jours selon les modèles.

A quoi ça sert ?

Au premier abord, on pourrait craindre que ce genre de bracelets soit là pour nous fliquer ou nous faire peur ("Bouuuuh tu n'as pas fait tes 5000 pas quotidiens, tu seras fouettée !"), les bracelets connectés sont là avant tout pour nous motiver. On entre soi-même ses propres objectifs (donc pas de pression), et on se prend au jeu de vouloir les atteindre et même les surpasser jour après jour. Ces bracelets sont plus à prendre comme des garde-fous qui vont nous alerter en cas d'inactivité que comme des gendarmes qui vont nous punir si on fait des excès. La motivation doit encore et toujours venir de nous et pas d'une machine.

On a testé le Nike Fuelband SE, le bracelet le plus sportif

En se lançant dans le bracelet connecté, Nike s'aventure dans l'univers du lifestyle très intelligemment. Le bracelet est plutôt joli (il y a des modèles avec une bague en métal qui se marie parfaitement avec d'autres bracelets) et ne gère que le côté sportif de votre vie. Et c'est tant mieux !

###TWITTER###Au départ, on s'inscrit sur le site, Nike FuelBand connecté à l'ordinateur, et on entre quelques informations clés : âge, poids, taille et on fixe ses objectifs. Ici, on ne parle pas en nombre de pas, mais en "FUEL". Une unité de mesure créée par Nike qui mesure l'activité physique tout en long de la journée.

On enfile ensuite le bracelet et on l'oublie. L'avantage : il donne l'heure, affiche le nombre de FUEL réalisé à l'instant T, les calories brûlées, le nombre de pas et d'autres données qu'on n'a pas super bien compris. Mais le détail important est qu'il y a un écran. On peut donc se rendre compte en temps réel si on est en avance ou en retard dans le nombre de FUEL. Conséquence ? Si on est en retard, on marchera au lieu de prendre le métro pour rentrer chez soi, histoire d'atteindre l'objectif fixé.

Pour savoir si la journée a été bonne, on connecte le Nike Fuelband par Bluetooth à son iPhone. Toutes les infos sont alors regroupées et l'aspect ludique de la chose arrive : on gagne des badges, on se compare aux autres détenteurs de Nike Fuelband...

Avec l'appli, on peut également entrer des sessions d'entraînement, soit des moments où l'activité est plus intense. On peut alors s'adonner à une heure de vélo, une activité statique, donc pas forcément détectée par le bracelet, mais gourmande en calories. L'exercice sera alors comptabilisé et transformé en FUEL.

Au fur et à mesure des jours, on se prend au jeu des objectifs, on cherche à débloquer des badges et on se donne de plus en plus. Pire : lorsqu'on croise d'autres porteurs du bracelet, un genre de connivence s'installe et on se prend à faire une comparaison directement. "T'en est combien toi aujourd'hui ? 1200 ? Ah ouais pas mal... toi ? 700. C'est tout... La lose, j'ai pris le métro... Je vais marcher pendant la pause déj". Voilà le genre de conversation que cela engendre. On ne dira pas qu'il vous permettra de faire des rencontres, mais presque.

Le plus : il n'est pas du tout intrusif, il motive vraiment et le calcul des FUEL et des calories semble plutôt bien respecter la réalité. Esthétiquement, il est plutôt passe-partout. Il peut remplacer notre montre. L'application iPhone est très bien faite, très ludique et donne vraiment envie.

Le moins : la batterie ne tient pas très longtemps et surtout : on nous avertit assez tard qu'il faut le recharger. Parfois, il s'éteint alors qu'on est en train de gravir les marches de l'Arc de Triomphe et on se dit qu'on a fait tout ça pour rien. Heureusement, il dispose d'un genre de pré-veille qui, même lorsque la jauge de batterie s'affiche comme vide, continue de calculer nos efforts. Ouf ! Mais il ne faut pas traîner pour le recharger.

Son prix : 139 €.

On a testé le Jawbone UP, le plus mythique

Au départ des bracelets connectés, il y a eu Fitbit et Jawbone Up. Les autres sont arrivés par la suite, avec des variantes, mais tous se sont basés sur les deux modèles "historiques".

Le bracelet Jawbone est très complet : il analyse l'activité physique, le sommeil et enregistre ce que l'on mange. Pour le mettre en route, on le connecte via la prise micro de son smartphone, après avoir téléchargé l'application. Pour analyser notre activité et notre sommeil, on le porte nuit et jour, on l'enlève pour se doucher (même s'il est étanche) et le soir venu, on le rebranche à son smartphone pour qu'il puisse analyser les données. Le branchement est incontournable, pas de bluetooth ici.

###TWITTER###On peut aussi programmer le bracelet pour qu'il nous réveille au meilleur moment. Par exemple, si on souhaite être réveillée au maximum à 8h du matin, on entre cette donnée dans l'application. On ajoute la durée de battement pendant laquelle l'appli à le droit de nous réveiller, par exemple 30 minutes (on a le choix entre 10, 20 et 30 minutes). Cela veut dire que le bracelet va vibrer entre 7h30 et 8h, au moment où notre sommeil sera le plus léger. Cela permet de se réveiller en meilleur forme. Pour le recharger, on le branche via une prise usb à son ordinateur.

Pour l'analyse de notre alimentation, c'est un peu plus fastidieux. Il faut entrer manuellement après avoir mangé les aliments consommés. Pour cela plusieurs options : soit on choisit dans une liste préexistantes, soit on entre le nom du produit à la main, soit on scanne directement le code barre.

Le hic ? Parfois, les informations sur le nombre de calories préenregistré dans l'application sont fausses. La quantité de nourriture fonctionne par "portion". Hors on ne sait jamais ce qui est considéré comme une portion (100 grammes ? 1 cuillères à soupe ?) au moment de l'intégration des calories. On se retrouve souvent obligés de vérifier soi-même que le nombre de calories correspond bien à ce qui est indiqué dans l'application. Pire, au moment de scanner les aliments, le résultat peut parfois être à côté de la plaque. En scannant des chocolats Milka, le résultat obtenu sur l'appli nous indiquait un produit américain des plus étranges (du genre super gras et super écœurant... rien à voir avec du Milka).

Le plus : très complet et précis aussi bien sur le nombre de calories brûlées pendant des phases d'activité physique que pendant des phases de repos. La fonction réveil est extrêmement agréable et bien pratique.

Le moins : lors de notre test, le bracelet a cessé définitivement de vibrer au bout de 2 semaines. Renseignement pris sur divers forums, ce genre de problème serait courant. L'appareil est donc peu fiable. L'intégration des aliments consommés est rébarbative et on abandonne au bout de 2 jours. Il ne donne pas l'heure, il n'y a aucun écran... On ne sait donc pas où l'on en est dans nos objectifs. Il faut forcément le connecter pour avoir des informations. Le connecteur USB pour le recharger est petit, facile à perdre et n'est pas vendu seul en pièce détachée.

Son prix : 129 €.

LIRE LA SUITE
Magali Bertin
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.