• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Comment j'ai accepté mes cheveux au naturel

Elisabeth, étudiante
Ana, 20 ans, étudiante Candice, 21 ans, étudiante Tiffany, 24 ans, étudiante 5

C'est bien connu, les filles ne sont jamais satisfaites de leur crinière. Celles qui ont les cheveux lisses les veulent bouclés, les brunes se veulent blondes... Mais avec le temps il arrive qu'on accepte tout simplement sa chevelure. Ces 5 filles qui aiment leurs cheveux se confient.

LIRE LA SUITE
1 /5

Elisabeth, étudiante

Elisabeth, étudiante

"Mes cheveux ont toujours été un complexe. Ils avaient une forte tendance à graisser, je devais donc les laver très régulièrement et les abîmer davantage. Ils étaient fins, plats et sans volume, alors que je rêvais de belles ondulations. Qui n'a jamais voulu une chevelure de déesse, véritable atout de séduction. Cependant il y a quelques mois, j'ai découvert les produits capillaires organiques/naturels, sans colorant, parabène ni silicone. Après un bon mois d'utilisation, la magie du naturel a opéré : mes cheveux sont beaucoup plus souples, légers, doux ... Un bonheur ! Mon chouchou est le shampoing de la marque Organix (trouvé chez Boots à Londres), le "Nourishing Coconut Milk Shampoo".Courage à celles qui cherchent encore leur sauveur."

Retrouvez Elisabeth sur son blog : my-beautyy-stuff.blogspot.co.uk/

2 /5

Ana, 20 ans, étudiante

Ana, 20 ans, étudiante

"Depuis mes 3 ans, j'ai des cheveux bouclés qui forment de jolies anglaises. Mais quand j'étais enfant, c'était difficile à porter car je ne savais pas comment les coiffer. Toutes mes copines avaient des cheveux lisses qui ne bougeaient pas du matin jusqu'au soir. Moi, quand je rentrais de l'école, c’était comme si j'avais mis des pétards dans mes cheveux. Je complexais. Puis au collège j'ai découvert les plaques. Véritable révolution, je lissais mes cheveux tous les jours et les abimais par la même occasion. Quand il pleuvait, ils ondulaient, ce n'était pas beau. Comme on dit "chassez le naturel et il revient au galop". Enfin, en Terminale, ayant la flemme de les lisser je les ai laissé naturel. Je n'ai jamais eu autant de compliments sur ma coiffure. Depuis, j'ai appris à "dompter" mes cheveux bouclés et je suis fière de les avoir. C'est original et surtout, c'est naturel."

3 /5

Candice, 21 ans, étudiante

Candice, 21 ans, étudiante

"J'ai les cheveux roux naturellement. Ca n'a pas toujours été facile pour moi, surtout à l'école où j'ai fait l'objet de nombreuses moqueries et de surnoms. Mes cheveux ont été mon plus gros complexe d'adolescente et j'avais à l'époque pensé à changer de couleur pour ne plus subir tout ça. Puis j'ai sauté le pas et j'ai fait une coloration châtain foncé : cela m'a plu au départ car on ne me critiquait plus et que j'avais l'impression d'être devenue  "comme les autres ". Puis plus le temps passait, plus je me suis rendue compte que mes cheveux naturels me manquaient. Finalement, quand mes cheveux sont redevenus roux au bout de quelques mois, j'ai été ravie. Je me suis rendue compte que les moqueries de l'époque n'étaient que des bêtises d'ado et que comme tous les gens m'avaient connue rousse, si je changeais la couleur de mes cheveux, je n'étais plus vraiment "moi ". Mon complexe a duré jusqu'à mes 15 ans, aujourd'hui j'en ai 21. Je n'ai plus jamais touché à la couleur de mes cheveux et j'en suis fière : je les accepte beaucoup mieux à présent et je suis même contente d'avoir cette couleur jolie et rare. Plus personne ne se moque de moi et mon entourage m'incite à rester comme je suis."

4 /5

Tiffany, 24 ans, étudiante

Tiffany, 24 ans, étudiante

"Mon père est Sénégalais, et  ma mère de Madagascar, soit une équation à deux inconnues avec d'un côté une bonne structure mousseuse crépue et volumineuse, de l'autre des cheveux fins ondulés et qui se lissent très facilement. Devinez qui a pris le pas sur l'autre ? L'Afro évidemment. Je me défrise alors les cheveux depuis que j'ai 12 ans (j'en ai aujourd'hui 24) environ tous les 4 mois, ce qui me permet de maîtriser ma chevelure. Mais ma période d'adolescence n'était pas si simple je voulais faire comme mes copines, des couleurs, des shampoings tous les jours et des soins inadaptés. Mon surnom était crin de cheval et je n'assumais absolument pas. Je les asséchaient alors d'autant plus avec des brushings répétés même par temps de pluie, malgré les avertissements de maman. Puis j'ai pris mon envol à 18 ans, ne sachant vraiment plus quoi faire, j'ai suivi les conseils d'une coiffeuse afro et j'ai coupé mes cheveux, mais mon aventure capillaire ne s'est pas arrêter là, mes rituels étaient les mêmes. J'ai seulement pris conscience du problème lorsque j'ai remarqué que mes cheveux ne poussaient plus depuis plus d'un an. Gros déclic, j'ai commencé à me documenter et à les soigner avec ce dont ils avaient besoin. Mes cheveux sont maintenant aux épaules et je suis impatiente de les voir au milieu du dos. Je fais évoluer mes soins selon mes saisons et mes envies et surtout je les laisse respirer. Le brushing n'est désormais plus systématique et laisse souvent place à de jolies ondulations qui témoignent de leur bonne santé! Bien sûr il y a encore du travail à faire mais je pense être sur la bonne voie."

5 /5

Chloé, 22 ans, banquière

Chloé, 22 ans, banquière

"J'ai les cheveux bouclés et ce n'est ni évident à coiffer ni à discipliner, ils sont souvent très secs. Mon astuce? Les masques et mon sèche cheveux pour enlever le côté crépu et abimé. Pour accepter ses cheveux bouclés il faut les avoir longs. A bannir les carrés courts/plongeants, les dégradés qui nous font ressembler à des caniches! Ce que je préfère, c'est les laissé sécher à l'air libre avec une goutte de sérum."

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.