• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Décryptage de la roussitude printanière

blake lively

De Rihanna à Scarlett Johansson, les rousses sont définitivement de retour. Mais que cache cette couleur flamboyante, derrière ses reflets orangés ? Décryptage de la révolution de la rousseur dans votre vie.

Constat
Tous les printemps, c'est la même rengaine : on ressort les it-couleurs de l'été, et après s'être lassées du blond vespéral pour l'hiver et du brun tristounet, c'est le roux qui entre en scène. En théorie dans les magazines. Sauf que 2011 annonce un printemps de rousses absolument inédit cette fois : celles connues et aimées pour leur blondeur naturelle si enviée ont fait le grand pas. Blake Lively, Scarlett Johansson et Drew Barrymore ont, entre autres, lâché leurs épis de blé pour devenir des rouquines coquines. Et pas qu'un peu : c'est une véritable déferlante d'orange vif qui débarque. A faire pâlir de jalousie Florence Walsh...

De la rousseur, de la rousseur, de la rousseur
Que cache le roux ? Couleur controversée depuis toujours, entre le rouquin méchant supposé être suppôt de Satan et la rousse tentatrice jusqu'au bout des reflets, la couleur du roux elle-même en dit long. Sur l'échelle du cercle chromatique, le roux se trouve au milieu, et ses pigments permettent mille façons d'envisager la rousseur : du rouge vif à la Rihanna au roux cuivré de Blake Lively, la rousseur est une idée aux infinies possibilités. Mais attention, les coiffeurs sont formels : le roux, c'est la couleur au changement radical qui signifie un changement personnel extrême. Rupture, nouveau job, déménagement, enfant, les filles qui sautent le pas n'ont pas froid aux yeux, avant de décider d'en envoyer plein la vue.

De la stigmatisation
Une rouquine est tout de suite cataloguée, que ce soit une vraie ou fausse rousse. La pression n'est pas pareille que pour les vraies ou fausses blondes, d'ailleurs. Qui voit tête rouge pense tête brûlée, on sent bien que la fille qui ose le roux s'affirme franchement niveau caractère. Et elle a pas tort. Si cette année, la Cinémathèque a consacré une exposition aux Brunes ou Blondes du cinéma, la rousse, troisième femme, extrême alternative, peine à se faire une place. Parfois  too much, parfois incendiaire, on adore ou on déteste. Ce qui est sûr, c'est qu'au printemps 2011, la rousse se fait une place plus centrale que jamais. C'est la roussitude en force.

Le modjo de la roussitude
La fraîche nouvelle rousse se sent ultra bombasse, c'est un fait. Car qui dit rousseur et printemps fait vite le lien : il y a une histoire de modjo sous les mèches de la rouquine. Non seulement naturellement la rousse attire le regard des gens, mais surtout elle sens l'énergie de sa couleur la revigorer. Passer du blond au roux, ou du brun au roux, c'est faire franchement exploser son capital sexyness : au soleil, on brille de mille feux, le kaki nous ravit et en blanc, on est juste sublime. La rouquine plaît car elle dégage une aura de femme sûre d'elle, un peu trop d'ailleurs : elle a fait le choix implacable de la roussitude avec une coloration très difficile à enlever, qui nécessite souvent des bis repetita capillaires jusqu'à la fin de l'année.

De la galère
Le hic, c'est à quel point la couleur de feu et le modjo en poupe sont liés : passés 10 shampooings, le roux est déjà nettement moins bien. Et le sex-appeal aussi. On s'habitue à tout, mais sans doute mal à voir une crinière rouge orangée virer au maronnasse orangeasse. Car tel est le destin de la fausse rousse, n'est pas Nicole Kidman ou Julianne Moore qui veut (sans blague). Alors que faire ? Pleurer sa couleur et son modjo qui se faufile dans la bouche d'évacuation de la douche ? Jamais.

De la résistance
Car la rouquine ne s'avoue pas si vite vaincue. Capable de dealer avec toutes les tonalités, après avoir changé sa garde robe en mode color block, avec des touches de gris et de blanc pour faire ressortir son cuivre, c'est une femme caméléon. Si la rousseur peut se rattraper avec une nouvelle coloration ou s'abandonner dans les eaux salées de l'été, le modjo aussi est récupérable. Vous verrez, à la rentrée, ce qui reviendra encore une fois en force, ce sera la méga frange... Pour les rouquines à la recherche du modjo perdu.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.