• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Les 10 news sexe du mois de février

Le "Faux-Lesbianism" de Shakira et Rihanna 55 mariages et aucun enterrement C Tinder, l 10

Entre Tinder qui cartonne aux JO de Sotchi ou des nouvelles vérités sur la sexualité des seniors en passant par des petits amis à louer : toutes les infos insolites sur nos pratiques sont dans les news sexe de février !

LIRE LA SUITE
1 /10

Le "Faux-Lesbianism" de Shakira et Rihanna

Le "Faux-Lesbianism" de Shakira et Rihanna

Quand Rihanna et Shakira font un clip ultra sexy ensemble, on ne peut que s'attendre à de grandes retombées. Ainsi, depuis "Can't Remember To Forget You", si Shakira a été condamnée par Marco Fidel Ramirez, un élu de son propre pays, la Colombie, pour avoir "promu le lesbiannisme", ce dernier ayant appelé à interdire la diffusion du clip à la télévision, le problème ne s'arrête pas là. Tandis que les fans se sont probablement délectés de voir les beautés torrides se trémousser ensemble et se toucher, c'est au tour de certaines féministes de voir rouge. Ainsi, que ce soit dans le Guardian, The Independent ou encore Jezebel, de nombreuses éditorialistes se sont exprimées sur le mal que cause à terme, les pop stars qui jouent, devant quelques dizaines de millions de spectateurs YouTube, de l'érotisme saphique uniquement pour exciter les hommes (et non pour assumer leur propre sexualité). Tandis que les deux icones pop se trémoussent allongées en parlant de ce fameux "that boy" à qui la chanson est dédiée, leur performance "ne nie pas la sexualité des lesbiennes, mais celle de la sexualité féminine en général. (…) Il m'est difficile de voir l'idée d'un pouvoir sexuel et de la liberté dans le fait que Shakira et Rihanna soient semi-nues en train de danser avec ce bon vieux regard genre" Oh, regarde ! Je touche une autre femme pour toi, comme ça je suis ta petite chose !" s'esclaffe la bloggeuse de Lingerie Lesbian dans sa tribune sur Jezebel. Bref, reprendre le fond de commerce de t.A.T.u en 2014, ça passe mal !

2 /10

55 mariages et aucun enterrement

55 mariages et aucun enterrement

Alex Pelling et Lisa Grant, un couple d’Américains vivant à Los Angeles, ont décidé en 2011, de commencer un tour du monde assez original, puisqu'à chaque destination, son mariage, en attendant le lieu idéal pour faire leur vraie cérémonie (car ils ne sont toujours pas officiellement mariés). Partageant cet insolite projet en direct sur leur page Facebook et sur leur blog, 2 people1life, et leurs pérégrinations qu'ils font à bord de Peggy, leur antique van de 27 ans, on peut les voir dans des costumes plus ou moins traditionnels se dire "oui" dans le monde entier. Après plus de deux ans de voyages, Alex et Lisa comptent déjà à leur actif quelques 55 mariages ; ils étaient récemment au Maroc, et s'apprêtent à filer en Asie, vers la Chine, en passant par le Népal. Combien de kilomètres encore avant de sauter le (vrai) grand saut ?

--> http://2people1life.com/blog/

3 /10

C'est quoi ta tête d'orgasme ?

C

Le site Australien Beautiful Agony (belle agonie), créé en 2003 par Lauren Olney et Richard Lawrence, propose des vidéos érotiques payantes d'un autre genre. En effet, sur les vidéos disponibles, plutôt que d'apercevoir des corps interagir, on ne voit… que des visages, en extase, de jouisseurs, hommes et femmes confondus (principalement des femmes sur les 3000 participants qui uploadent des vidéos sur le site). Bref, c'est une véritable galerie de têtes d'orgasmes - envoyées par des utilisateurs anonymes surnommés "artist"- sur la homepage du site, qui attire néanmoins des internautes prêts à payer pour voir les vidéos. Les seules conditions pour participer est donc d'avoir un orgasme, et de ne rien montrer d'autres que son visage. "Richard, l'autre co-fondateur du site, et moi on parlait des pornos, et de leur manque d'inspiration pour nous - toutes ces scènes super-jouées où tout est faux. Au lieu de se plaindre, on a décidé de faire quelque chose par rapport à ça" explique la co-fondatrice, Lauren Olney. L'une des participantes, Emily, rapporte son expérience au DailyMail : "J'ai pensé que ce serait canon de faire partie de cet immense recueil sexy de branlettes. Et à quel autre moment avons-nous la chance de voir à quoi on ressemble quand on jouit ?" Ceci dit, les contributeurs du site sont payés environ 150€ pour leur vidéo, en plus de l'argent reçu selon le nombre de clic que génère leur vidéo. Pourtant selon Kate, une styliste de 25 ans, ce n'est certainement pas pour le cash que les filles participent : "Je pense que les filles veulent le faire car elles partagent une expérience sexuelle qui est sans risque, qui soutient et - la chose le plus important - qui a de la valeur." Alors que la tête de l'orgasme semble être le dernier tabou, Beautiful Agony offre un moment de pure audace et de pure liberté !

4 /10

Tinder, l'appli favorite des JO ?

Tinder, l

Tinder, l'application qui permet de se géolocaliser pour trouver un partenaire dans son périmètre, a atteint son comble aux JO de Sotchi : en effet, selon les confidences de la snowboardeuse américaine Jamie Anderson dans une interview accordée à US Magazine, "Tinder au village olympique, c’est une autre dimension !(…) Il n’y a que des athlètes ! C'est hilarant. Il y a des beaux gosses là-dessus", ajoute-t-elle. Si aux Jeux olympiques de Vancouver, en 2010, 250 000 préservatifs avaient été distribués, cette année, les organisateurs des Jeux olympiques d'hiver n'ont donné (que) 100 000 préservatifs aux 2 800 athlètes présents au village olympique : "Chaque athlète reçoit deux préservatifs par jour", a précisé un commentateur de la station radio russe Echo de Moscou. Coupé de l'extérieur, au comble de la santé physique, ces athlètes aux corps olympiens branchés sur leur smartphone en auraient peut-être besoin… de plus.

5 /10

Des photos de Balthus censurées pour pédophilie

Des photos de Balthus censurées pour pédophilie

Il n'aura pas fallu plus qu'un article dans l’hebdomadaire allemand Die Zeit qui évoque "la concupiscence" des polaroïds, "témoignages d’avidité pédophile" du peintre Franco-Suisse Balthus pour faire annuler l'exposition prévue au musée Folkwang à Essen, Allemagne. "Nous ne cherchions pas le scandale, ce n’était pas notre intention" a précisé Tobia Bezzola, directeur de ce musée public d’art moderne qui s'est entretenu avec les services de protection de l’enfance de la ville avant de prendre sa décision. Si à New York, les 1200 photos de Balthus (à l'époque trop vieux pour "croquer" son modèle, d'où l'usage des photos…) de sa dernière muse, Anna, 8 ans au début des sessions photo au Grand Châlet de Rossinière en Suisse, ont pu être montré à la galerie Gagosian, en Allemagne la jeunesse du modèle a poussé les organisateurs à se censurer et à annuler l'exposition, plutôt que de se voir obligés de la fermer.

C'est Benoît Peverelli, photographe et mari de la fille de Balthus, Harumi Klossowska de Rola, qui a retrouvé les clichés (plus de 1900) dans l’atelier du maître. L'exposition est la suite logique après la publication d'un livre aux éditions Steidl ; au sujet de la censure et du motif, Benoît Peverelli déclare :"Ces clichés ont leur place dans l’histoire de l’art et de la photographie. Au même titre que n’importe quelle étude, de n’importe quel autre artiste. Les images ont une existence propre" . D'ailleurs, Anna, la dernière muse du peintre décédé en 2001, présente à l'expo de New York, a écrit un texte pour le livre, intitulé "Mercredi Après-Midi : "J’ai commencé à poser pour Balthus lorsque j’avais huit ans. (…) L’histoire veut que son choix se soit porté sur moi pour devenir son modèle, quand un jour en rentrant de l’école il m’entendit chantonner l’air de la Reine de la Nuit de Mozart. (…) Huit ans après j’y étais encore. (…) Il y avait quelque chose d’indescriptible dans ce qui nous liait Balthus et moi. (…) Une complicité à quelque part et des rituels, qui nous ont permis de nous supporter durant 8 ans, lors de ces moments hors du temps et presque irréels qu’étaient nos séances de pose…"

6 /10

Un petit ami à louer pour le Nouvel An chinois

Un petit ami à louer pour le Nouvel An chinois

Les vacances du nouvel an chinois, qui commençaient cette année le 8 février, sont les fêtes les plus importantes en Chine, et on assiste à un exode de centaines de millions de Chinois qui repartent voir leur famille en province. Et comme dans toutes les familles, les célibataires, qui sont 180 millions dans le pays, vivent une véritable épreuve dans l'immersion familiale annuelle. En effet, les "sheng nu", soit "vieilles filles", terme pour désigner ces filles Chinoises ultra-diplômées qui ont préféré s'occuper de leur carrière plutôt que de leurs amours, passent ainsi des vacances sous haute pression dans ce pays où 26 ans est considéré comme le meilleur âge pour se marier, et le mariage la norme incontestable. À partir de 27 ans, sans fiancé potentiel, c'est un drame familial et l'inquiétude pour la sheng nu de la famille.

"Les parents chinois interdisent généralement à leurs filles de fréquenter des garçons pendant qu'elles étudient à l'université. Mais dès qu'elles commencent leur vie active, ils se demandent pourquoi elles ne sont toujours pas mariées. C'est un vrai paradoxe", s'agace Wu Di, une sociologue qui anime à Shanghai des ateliers pour aider les sheng nu à trouver leur moitié, interrogée par LePoint.fr. Certains petits malins ont trouvé le bon filon pour profiter de la situation sur Taobao.com, l'eBay chinois très populaire, où ils proposent des prestations de…faux petit ami. En forfait variable (2 000 yuans par jour, soit 240 euros) ou à la prestation (1€ le câlin, 3€ l'heure de shopping en famille…), ils jouent au gendre idéal afin que les sheng nu puissent profiter de vacances en famille moins oppressantes. Cependant, tandis que ce concept très onéreux fait fureur, la sociologue Wu Di est catégorique : "Passer par de faux Jules ne sert à rien. Cela ne fait qu'aggraver la situation. Si le garçon plaît, les parents ne vont pas attendre (…) pour demander : Alors, à quand le mariage ? À quand le bébé ?" C'est sans fin.

7 /10

Dis-moi combien de temps tu fais l'amour, je te dirai de quel État tu es

Dis-moi combien de temps tu fais l

Voici une carte très intéressante élaborée d'après les chiffres des utilisateurs de Spreadsheets App, une application qui créée des statistiques sexuelles se basant sur la durée, les mouvements et les bruits de nos rapports. Selon le co-fondateur de Spreadsheets, Danny Wax, l'application "a été créée pour considérer le sexe d'une façon à la fois rigolote et orientée sur l'amélioration. (…) Nous avons créé une appli qui pousse les utilisateurs à avoir du fun avec leur partenaire et partager cette expérience de bien-être, tout en encourageant le dialogue et le partage de leurs impressions." Spreadsheets a finalement partagé les statistiques de ses 10 000 premiers utilisateurs américains, ce qui permet de déterminer qui sont les plus performants et qui, au contraire, durent une minute à peine. Si la moyenne du pays est de 3 minutes environ (adieu, sexe tantrique qui dure pendant des heures…) voici une carte (élaborée par le site Nerve) et un classement détaillé des performances sexuelles selon les États… Édifiant ! Ainsi, le Nouveau Mexique gagne la médaille d'or des JO du sexe, tandis que l'Alaska est de loin le dernier État sexy. Voici donc les médailles d'or, d'argent et de bronze : 1. le Nouveau Mexique  (7min 01), 2. Virginie Occidentale (5min 38), 3. l'Idaho (5min 11)... Puis les losers ultimes : 49. le Vermont (1min 48) 50. le Dakota du Sud (1min 30), et enfin 51. l'Alaska  avec 1min 21 !

Pour voir la totalité du classement, cliquez ici.

8 /10

La torride vie sexuelle de nos grands-mères

La torride vie sexuelle de nos grands-mères

Iris Krasnow, l'auteure du livre Sex After...Women Share How Intimacy Changes As Life Changes (Le sexe après… Les femmes racontent comment l'intimité change à mesure que la vie change) a passé deux ans à étudier la vie sexuelle de 150 femmes, âgées de 20 à 90 ans. Dans un résumé qu'elle fait de ses conclusions pour le site Jezebel, après avoir étudié la sexualité des femmes dans toutes les phases de la vie, de l'université aux premiers mois de mariage, etc., elle s'étonne surtout de celles qu'elle surnomme les “Giddy Golden Girls” : ces femmes qui révèlent qu'avec l'âge, le sexe devient bien meilleur que ce qu'elles ont connu auparavant (si elles sont avec le bon partenaire). Contre tous préjugés, Iris Krasnow révèle que les femmes plus âgées sont avides de nouvelles expériences, adorent les conseils et sont très curieuses à propos des sextoys et du sexe oral, par exemple. Elle confie même qu'une des femmes interrogées de 77 ans a récemment fait une fellation pour la première fois de sa vie après avoir regardé un tutoriel... sur YouTube ! Avis donc à toutes celles qui pensaient, naturellement, que la sexualité ralentissait avec l'âge : selon le livre de Krasnow, il semble que ce soit tout le contraire.

9 /10

Nantes, ville coquine 2013

Nantes, ville coquine 2013

Qui l'eut cru ? Nantes cette année a détroné Dijon en étant la ville la plus obsédée de France, c'est-à-dire la ville où les internautes ont le plus taper le mot "sexe" dans Google en 2013, révèle un classement publié par le site Ne Rien Louper (étude effectuée à partir de l'outil Google Trends). Ainsi, Nantes arrive première, suivie de près (par ordre décroissant) par Rennes, Quimper, Amiens puis Limoges, soit l'Ouest hexagonal... Si le classement de l'année dernière semble avoir calmé les Dijonnais, leur réputation leur colle cependant à la peau, puisque le site précise que sur un classement sur une période de 10 ans, c'est encore la ville de Dijon qui arrive première, suivie d'Orléans, puis de Rennes. Mazette.

 

10 /10

Tous à poils (ou presque)

Tous à poils (ou presque)

Quatorze libraires, bibliothécaires, organisateurs de salons et éditeurs du Nord-Pas-de-Calais ont riposté au coup de gueule du président de l’UMP Jean-François Copé contre le livre de Claire Franek et Marc Daniau, Tous à poil ! en posant nus, cachant leurs parties intimes uniquement avec des livres. Lassés des attaques que certains ouvrages pour enfants subissent dernièrement, ils ripostent à coup de nudité, et de second degré :“Tous à poil contre la censure ! A poil l'éditeur, à poil le libraire, à poil les associations, à poil le représentant, à poil l’organisateur de festival ! A poil pour montrer notre soutien aux auteurs et aux livres injustement attaqués, A poil pour soutenir ces œuvres qui ouvrent les imaginaires, les horizons et les débats" affirment-ils dans le communiqué envoyé le18 février par l’association Libr’Aire, les libraires indépendants du Nord-Pas-de-Calais. “L'idée c'était de réagir face à toute la polémique qu’il y avait au sujet des livres jeunesse. On est plusieurs acteurs du livre en Nord/Pas-de-Calais à avoir été un peu choqués. (…) Le livre n’est pas quelque chose qu’on peut censurer. On est prêts à oser un peu le ridicule pour défendre nos idées”, a expliqué à l'AFP Emily Vanhée, présidente de l’association Libr’Aire et libraire à Roubaix.

Pour info, sont donc présents sur la photo : François Annycke, directeur du salon du livre d’expression populaire et de critique sociale, Soazic Courbet, de la librairie Dialogues Théâtre, Mikaël Deren et Virginie Deschler, de la librairie Au Temps Lire, Môn Jugie, de la librairie internationale V.O, Eric Le Brun, des éditions Light Motiv, Aurélie Olivier, fondatrice de l’association “Littérature, etc.”, Gonzague Steenkiste, de la librairie Le Bateau Livre, Dominique Tourte, des éditions Invenit, Charlotte Valois, de la librairie Tirloy, Emily Vanhée, de la librairie Les Lisières et présidente de l’association Libr’Aire, Boris Vanhelst, attaché commercial Harmonia Mundi Livres, Benoît Verhille, des éditions La Contre Allée, également président de l’association des éditeurs du Nord-Pas-de-Calais, ainsi qu’Estelle Vilcot, la secrétaire générale de l'association.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.