• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

10 trucs pour tester mon nouveau mec

1. Le test du porte-monnaie 2. Le test de l 3. Le test des phéromones 4. Le test de la brosse à dents 10

Marre d'enchaîner les relations désastreuses ? Désormais, avant d'embarquer tête baissée un mec dans sa vie, on le met (gentiment) à l'épreuve en 10 étapes.

LIRE LA SUITE
1 /10

1. Le test du porte-monnaie

1. Le test du porte-monnaie

Commençons par le plus cliché et régressif, à savoir le "test du porte-monnaie" (ou comment éviter de se coltiner pendant des mois un radin). Attention, ce test part du principe totalement arbitraire que le garçon se doit de nous inviter au premier rencart. Oui, ce n'est pas très féministe, mais c'est aussi un moyen de se renseigner sur sa véritable nature. Ce soir donc, on est censée revoir ce mec super chouette qui nous a draguée samedi soir dernier. Au programme : diner dans un petit resto. Va-t-il oser prendre les bulots-aïoli ? Bon, là n'est pas la question.

Cas pratique : Les assiettes sont vides, les verres aussi. Le moment est venu de tendre sa carte-bancaire. Qui devra s'y coller ?

On oublie... le mec qui part aux toilettes pile au moment où le serveur apporte la machine à cartes, et qui revient tout étonné quand on lui annonce qu'on a déjà payé : "Oh, bah zut alors, tu as payé. Bon bah, c'est gentil." Pire encore, celui qui revient des toilettes sans même noter qu'on a réglé l'addition et qui sort du resto à la cool, en nous prenant par le bras et en se frottant le ventre : "Ah ! C'était bon ! On va chez toi ?". Fuyons.

On refléchit... s'il est un peu gêné et qu'il sort sa monnaie avec peu de conviction, avant de nous lancer, mal à l'aise : "Je suis hyper désolé, c'est vraiment nul de te demander ça, mais je ne roule vraiment pas sur l'or en ce moment... Ca ne te dérange pas qu'on fasse moitié-moitié ?" Bon, alors tout de suite, c'est vrai que le garçon fait moins rêver, mais on se dit qu'il a le mérite d'être honnête. En même temps, c'est aussi le moment de se poser les bonnes questions : se voit-t-on réellement entamer une relation avec un type toujours fauché qui se refuse même d'aller au ciné ? Parce que l'amour et l'eau fraîche, ça va deux minutes oui.

On se réjouit... si tout en continuant la conversation, sans même regarder le montant qui s'affiche sur la machine, il règle le dîner. Là vient aussi le moment de passer à l'action : "Attends tu rigoles, tu ne vas pas tout payer quand même ?". "Bien sûr que si, une soirée aussi agréable avec une fille comme toi, ça se mérite, enfin." Ohhh... (bruit de fille attendrie).

2 /10

2. Le test de l'appart

2. Le test de l

Ce test peut paraître anodin, mais voyons plus loin que le bout de notre nez. L'appartement d'un homme, étant donné qu'on y mettra peut-être les pieds plusieurs fois par semaine dans quelques temps, est d'une importance C-A-P-I-T-A-L-E.

Cas pratique : On a passé une super soirée à boire des verres de vin en terrasse, on s'est embrassés goulument 147 fois depuis qu'on est partis du bar, et l'on se rapproche dangereusement de l'immeuble de monsieur. Petite précision : si l'immeuble est moche, pas de panique, l'habit ne fait pas le moine.

On oublie... le mec qui vit dans un appart digne des pires cauchemars et qui pourrait bien figurer au casting de C'est du propre sur M6 : boîtes de pizzas en décomposition, couche de poussière record, chaussettes sales qui traînent dans les coins, draps qui n'ont jamais connu les joies de la machine à laver... Tout simplement parce qu'on risquerait de mettre notre santé en danger. Inversement, si son intérieur est excessivement propre, que tout est aligné au millimètre près et qu'il nous demande d'enlever nos chaussures à l'entrée, on a le droit d'avoir des doutes.

On réfléchit... si l'on fait face à une absence d'effets personnels inquiétante ou si le lit semble être l'élément le plus important de la maisonnée. Explications : dans le premier cas, le type est peut-être en transition dans la vie ("Je me suis séparé de ma copine il n'y a pas très longtemps en fait, et je suis parti de notre appart avec peu de choses..."), ou tout simplement peu attaché aux objets, ce qui n'est pas forcément un point négatif. Reste à savoir pourquoi ces murs sont si blancs et ces étagères si vides. Dans le second cas, celui où le lit paraît trôner au milieu du studio, il est possible que nous ayons affaire à un serial-séducteur. M'enfin, on se laisse le temps d'en être sûre.

On se réjouit... si son appart est normal, en fait. Comme quoi, on est pas si exigeantes, hein.

3 /10

3. Le test des phéromones

3. Le test des phéromones

Il ne suffit pas parfois qu'un mec nous plaise physiquement et intellectuellement pour que l'alchimie corporelle soit au rendez-vous. Ainsi, le test des phéromones, que l'on fait toutes dès le premier baiser, est déterminant.

Cas pratique : On a passé une super soirée à boire des verres de vin en terrasse donc, et le moment du premier baiser arrive. Bien sûr, si le premier baiser est un échec, le test peut se prolonger un peu plus haut, c'est à dire dans son appartement (cf. Test n°2).

On oublie...
si dès le premier contact entre notre bouche et la sienne, on sent qu'il y a un petit hic. Non pas que ce garçon embrasse particulièrement mal, mais voilà, un truc ne passe pas. Quand on est dans ses bras, même chose, on a plutôt envie d'en partir. Enfin, une fois sous la couette, tout se confirme : on n'aime pas son corps (ce qui ne veut pas forcément dire que l'on n'aime pas la manière dont il touche le nôtre), on ne se laisse pas abandonner, et a priori, on est pas super impatiente de réitérer l'expérience. Au lieu de se forcer et de se convaincre qu'il pourra nous faire un peu plus frissonner la prochaine fois, mieux vaut se faire une raison : les phéromones, ça ne se contrôle pas.

On réfléchit... si les choses ne se passent pas franchement mieux, mais si l'on sent que tout ça est peut-être dû uniquement au "syndrome de la première fois" : après tout, on sait que les premières nuits ne sont souvent pas les meilleures, et il faut aussi prendre le temps de se découvrir et de se connaître l'un l'autre.

On se réjouit... si le lendemain matin, on n'arrive pas à décoller nos bras des siens et que l'on a hâte d'être au prochain rendez-vous. A priori, le test des phéromones est un succès.

4 /10

4. Le test de la brosse à dents

4. Le test de la brosse à dents

Si la veille, dans la folie du moment, l'idée de se brosser les dents n'était peut-être pas dans le top 3 de son cerveau et du nôtre, ça peut se comprendre. En revanche, on ne peut échapper au test de la brosse à dents dès le lendemain matin, quand le moment est venu de reprendre de bons réflexes d'hygiène.

Cas pratique : On se réveille doucement à ses côtés, on se bisoute un peu, et on pose enfin les pieds en dehors du lit. Oups, on est tous les deux en retard. Mais va-t-il prendre le temps de se brosser les dents ? Le suspense est à son comble.

On oublie... le mec qui enfile les mêmes fringues que la veille, qui se vaporise de parfum... et qui file bosser. Ce type là aura a priori toute sa vie une légère tendance à considérer sa brosse à dents comme une ennemie. D'ailleurs, en se rendant dans la salle de bains, on n'en a même pas vu de brosse à dents. Beurk.

On réfléchit... s'il lance, stressé, les clés à la main : "Bon, tant pis, j'ai pas le temps de me brosser les dents". Dans le doute, on se dit qu'il n'a pas vraiment le temps parce que son patron est très tatillon sur les horaires et parce qu'il a une brosse à dents dans son tiroir de bureau. Allez, on y croit.

On se réjouit... si pour lui se brosser les dents est une question de vie ou de mort, et même s'il doit se prendre un avertissement pour retards à répétition, il lavera ses quenottes. Non, on n'est pas du tout excessives.
 

5 /10

5. Le test œdipien

5. Le test œdipien

Alors évidemment, on ne pourra pas forcément évaluer la santé mentale du garçon en un claquement de doigt. Mais cerner, même partiellement, le rapport qu'il entretient avec ses parents peut nous permettre d'obtenir des clés sur sa personnalité. Et puis parce que peut-être qu'un jour, nous aussi on aura à croiser ses géniteurs.

Cas pratique : Le sujet "parents" peut s'aborder très vite. Une petite question très simple suffit : "Ils font quoi tes parents dans la vie ?" Analyse.

On oublie...
le type qui nous sort, très sereinement : "Papa a une entreprise de stylos quatre-couleurs et maman est prof de littérature. Ils sont super, tu verras." Euh, il a vraiment dit "papa" et "maman" là ? Et sinon, t'as huit ans et demi ou t'es un peu aristo sur les bords ?

On réfléchit... s'il nous montre qu'il n'a pas envie d'en parler. On n'insiste pas, mais on garde en tête qu'il y a des chances qu'un mec aux relations parentales très compliquées soit un mec torturé. A voir, donc.

On se réjouit... si parler de ses parents est pour lui tout à fait simple et s'il ne s'épanche pas une demi-heure sur la géniale chaîne de fabrication de stylos que son père à mis au point, s'il nous retourne la question, s'il ne parle pas encore de présentation... Bref, si le test œdipien se déroule dans la douceur et la pondération.

6 /10

6. Le test des premières initiatives

6. Le test des premières initiatives

Le cap du premier rencard est passé. Reste maintenant à savoir ce qu'on va bien pouvoir faire durant les prochains rendez-vous. C'est là que la capacité de notre homme à prendre des décisions va pouvoir s'évaluer. Point primordial.

Cas pratique : On sait qu'on doit le retrouver ce soir après le travail. Il est 18h30, coup de fil du bien-aimé. Rapidement, on lui lance : "On fait quoi ce soir, on se retrouve où ?"

On
oublie... celui qui à chaque rencard nous répond, sans même réfléchir 3 secondes : "Bah... Je sais pas, tu veux faire quoi ? Franchement, je sais pas... J'ai pas d'idée. Comme tu veux. Je sais pas." S'il nous fait déjà le coup du blasé sans imagination alors que justement, il est encore censé nous impressionner et nous séduire, on peut déjà entrevoir à quoi ressembleront nos week-ends dans 2 ans. A rien, quoi.

On réfléchit... s'il lui est arrivé une fois d'avoir un éclair de génie (un super resto, une balade originale, un pique-nique...), mais qu'il nous propose le reste du temps de le retrouver chez lui. Il pourrait bien être l'un de ces mecs casaniers qui trainent toujours des pieds à la moindre petite activité organisée par leur copine. Et qui aussi, dans la vie, ont du mal à se motiver pour quoi que ce soit.

On se réjouit... s'il a toujours un tour dans son sac pour nous surprendre, qu'il semble prendre du plaisir à nous faire plaisir en organisant de chouettes sorties, et qu'il sait aussi nous dire "non" quand on lui fait part de notre folle envie d'aller à Disneyland le week-end prochain.
 

7 /10

7. Le test des 48 heures

7. Le test des 48 heures

Forcément, au bout d'un moment, on se retrouve confrontée à ces fameuses 48 heures que l'on passe entièrement avec lui, la plus grande partie du temps au lit. On ne se lève que pour aller chercher un truc à manger dans la cuisine, on regarde les trucs les plus stupides à la télé, on fait des câlins et à la limite, on se rend deux heures à un apéro chez des potes à deux pâtés de maison. Autant dire qu'en 48 heures, on a le temps de réaliser plein de choses.

Cas pratique : Dimanche soir, il est 19h, et il est temps pour lui de rentrer chez lui.

On oublie... si on est soulagée quand on entend la porte claquer. Dès le samedi matin, on ne pouvait déjà plus supporter le fait de le voir zoner chez nous. Ca, c'est plutôt mauvais signe.

On réfléchit... si on n'était pas vraiment à fond pendant tout ce temps avec lui et qu'on avait plutôt envie de rejoindre nos copines pour un ciné le samedi, mais qu'une fois parti, il commence presque à nous manquer. Il faut savoir se laisser surprendre, parfois.

On se réjouit... si on attrape notre téléphone dès qu'il a passé le pas de la porte pour raconter à notre meilleure copine combien ces dernières 48 heures étaient incroyaaables. Et encore plus si lui nous envoie un petit texto le soir venu pour nous dire la même chose.

8 /10

8. Le test de la première sortie publique

8. Le test de la première sortie publique

Après quelques semaines d'incertitude quant la nature de la relation, la statut de "couple" s'officialise. Reste à savoir comment on gère le fait d'être en couple avec lui face au reste du monde.

Cas pratique : On fait le grand saut et on l'embarque avec nous à l'anniversaire d'une bonne copine où se trouve également bon nombre de nos potes. Réactions.

On oublie... le mec qu'on a plutôt tendance à laisser dans son coin dès notre arrivée à la soirée, et qu'on n'a pas forcément envie de présenter à nos potes comme notre nouveau mec. Dès qu'il s'approche de nous, on redoute qu'il esquisse un geste de tendresse, et au bout d'une heure, on se dit qu'on aurait mieux fait d'y aller sans lui, à cette fête.

On réfléchit... si on se rend compte qu'il n'est pas franchement à l'aise au milieu de tous ces gens et qu'il nous empêche du coup de passer une bonne soirée. Même si nous, on est heureuse de le présenter enfin à nos amis, on peut se demander s'il ne sera pas dans cet état de malaise à chaque fois. Parce que le jour où il voudra vraiment s'intégrer, il peut ne jamais arriver.

On se réjouit... si on a réussi à passer une aussi bonne soirée que lui, et qu'on a même ressenti une petite pointe de fierté quand il a raconté une histoire qui a fait marrer tout le monde. Bingo.

9 /10

9. Le test de l'ex

9. Le test de l

Parce qu'après 25 ans, on peut être sûre qu'il aura quelques valises sentimentales, mieux vaut savoir assez rapidement combien elles pèsent. Et pour ça, mieux vaut ne pas tourner autour du pot.

Cas pratique : On y va à la cool, genre "ma question est tout à fait naturelle" : "Sinon, t'as eu combien de relations sérieuses avant ?" (Ne surtout pas dire "avant moi", à moins d'avoir envie de lui mettre une grosse pression).

On oublie... le mec qui à l'air d'avoir envie de se pendre dès qu'il évoque sa dernière relation. Il est fort possible que ce garçon cherche plus un pansement qu'une véritable copine qu'il aura envie d'aimer. L'obsédé par son ex, non merci.

On réfléchit... s'il parle de son ex avec très peu de bienveillance, voire un peu de violence. Même s'il se peut que cette fille ait été une infâme petite amie, ça fait toujours bizarre d'entendre un garçon insulter de tous les noms une pauvre fille. Et s'il venait à en penser autant de nous un jour ?

On se réjouit... s'il semble avoir des rapports sains avec ses anciennes relations : il ne revoit presque plus ou pas celles avec qui il a vécu de belles histoires, mais il en parle avec sérénité. En réalité, on sent qu'il est tout à fait disposé à construire autre chose.

10 /10

10. Le test de la première cuite

10. Le test de la première cuite

Un test à faire impérativement. On dit souvent que la vérité sort de la bouche des enfants. Eh bien on peut aussi affirmer avec certitude que la vérité sort de la bouche du mec bourré.

Cas pratique : Il nous a proposé de venir à une petite soirée organisée dans un bar avec quelques amis. Mais avec seulement quelques tapas en guise de dîner, on se rend compte que tout le monde commence à être sérieusement ivre.

On oublie... le mec qui a enchaîné les verres sans jamais se dire qu'il valait mieux s'arrêter là - surtout en notre présence- et qui ne tient vraiment pas l'alcool. Il devient carrément odieux : il insulte tout le monde, veut frapper tout le monde, et nous, on préfère disparaître avant d'être son nouveau bouc émissaire. Mieux vaut se méfier de ceux qui ont l'alcool mauvais.

On réfléchit... s'il devient très lourd et qu'il nous fait des déclarations d'amour qu'on aurait préféré entendre dans d'autres circonstances (et dans quelques mois aussi). C'est plutôt attendrissant, mais à ce stade, pas vraiment séduisant.

On se réjouit... s'il garde un peu de décence, tout simplement.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.