• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Les news sexe de l’été #2

vigra-féminin1 Le scandale d’Ashley Madison sexe-phallique-hollywood Quand l’Apple watch active un sextoy 7

Fin août, il est temps de faire le bilan : alors, l'été a-t-il vraiment été chaud ?

LIRE LA SUITE
1 /7

vigra-féminin1

vigra-féminin1

Après avoir argué des raisons plus archaïques les unes que les autres, craignant au départ que le médicament ne rende les femmes "nymphomanes", la FDA (Food and Drug Administration) a donné son accord, mardi 18 août 2015, pour la commercialisation du flibanserin (dont le nom commercial sera Addyi). Cette pilule, surnommée "viagra féminin" ou encore "pilule rose" est censée aider les femmes souffrantes de troubles de la libido. Si l’annonce a fait le tour des médias, certains médecins restent très sceptiques : la molécule, testée sur 2 400 femmes non ménopausées, de 36 ans en moyenne, a amélioré les relations sexuelles de seulement 10% d'entre elles, sans parler des risques causés par la prise de ce médicament, notamment avec de l’alcool. Bref, tant qu’on n’a pas testé, on ne se prononce pas !

2 /7

Le scandale d’Ashley Madison

Le scandale d’Ashley Madison

Le 21 juillet 2015, le groupe de hackers The Impact Team avait annoncé avoir récupéré toute la base de données des utilisateurs du site de rencontres extraconjugales Ashley Madison, et menaçait de la rendre public si la société canadienne Avid Life Media, éditrice du site, ne le fermait pas. Même pression pour la fermeture du site Established Men, conçu pour mettre en relation "des femmes séduisantes et des hommes qui ont réussi". ALM n’a (évidemment) pas cédé, et le 18 août dernier, presque 10 gigas de données compressées des 37 millions d’abonnés adultères étaient mis en libre téléchargement. Noms, numéros de téléphone, adresses, mails (dont plus de 15 000 en .gov et .mil, les extensions des membres de l'administration et de l'armée !) ou d’autres détails, comme les préférences sexuelles, mais aussi des documents internes, des contrats, des comptes Paypal : tout est passé public, au grand dam des abonnés désireux d’anonymat dans l’entreprise si délicate qu’est celle de tromper son/sa partenaire. Autre scandale : si Ashley Madison se borne à accuser cet acte de cyber-terrorisme, loin de confirmer si les données sont vraies, la société n’explique en revanche pas pourquoi ont été conservées les données des utilisateurs même lorsqu'ils paient l'option à 19 dollars pour les voir supprimées définitivement… Vous avez dit escrocs ? À ce titre, Le Monde rappelle qu’en France, la Cnil a ainsi mis en demeure treize sites de rencontre qui ne suppriment pas totalement les données des utilisateurs qui ferment leur compte : Meetic, Attractive World, Adopte un Mec, Easyflirt, Rencontre Obèse, Destidyll, Force Gay, Mektoube, JDream, Feuj World, Marmite love, Gauche Rencontre et Celibest. Quant à Ashley Madison, quelques 600 000 Français seraient inscrits. Aïe.

3 /7

sexe-phallique-hollywood

sexe-phallique-hollywood

Hollywood est pour l’instant toujours dominé par des hommes réalisateurs… Et ça se voit ! Avec cette vidéo, on découvre les coulisses des pénis au cinéma, dans tous leurs états et symboles : revolver, gratte-ciels, statues…

4 /7

Quand l’Apple watch active un sextoy

Quand l’Apple watch active un sextoy

L’Apple Watch, sortie en avril 2015, ne se contente heureusement pas que de donner l’heure… Une nouvelle option à ses fonctions a ainsi été divulguée par l’entreprise LOVENSE (spécialisée dans les sextoys interactifs) lors du lancement de son nouveau gadget sexuel, le Blush. Ce dernier, vendu avec sa propre application pour iPhone et Apple Watch, s’active à distance d’un simple geste du poignet, grâce à la montre magique donc ; et on peut même contrôler l’intensité et le rythme du sextoy. Ah, on n’arrête pas le iProgrès !

5 /7

parc-suisse-sexe

parc-suisse-sexe

La Suisse, qui a légalisé la prostitution ainsi que les maisons closes ne compte pas forcément s’arrêter en si bon chemin, du moins c’est ce que désire une sexologue de Tessin, Kathya Bonatti, en développant l’idée de "parcs de l’amour". Après les "sexbox" - sortes de garages dans un parc aménagé où les prostituées accueillent leur client, Bonatti et ses confrères défendent l’idée de parcs publics où chacun pourrait s’aimer librement et à ciel ouvert, depuis le scandale provoqué par les ébats d’un couple sur une plage à proximité d’un parc à Lugano, il y a une dizaine de jours. Bref, les élus locaux n’aiment pas l’idée, mais puisque que la sexbox est déjà passée… Qui sait ? Bientôt, ce seront les amoureux qui vont copuler sur les bancs publics, bancs publics, bancs publics…

6 /7

sexe-robot-1

sexe-robot-1

Helen Driscoll, une chercheuse britannique en psychologie, a expliqué sur le Huffington Post, le 2 août dernier, sa vision de notre avenir en matière de sexualité : d’ici une cinquantaine d’années, il ne sera plus si anormal d’envisager une relation sexuelle ou amoureuse avec un robot. "Nous avons tendance à penser les sujets de la réalité virtuelle et du sexe avec les robots dans le contexte de notre époque. Mais si nous nous remémorons les normes sociales concernant le sexe qui étaient en vigueur il y a cent ans, il est évident qu’elles ont changé rapidement et radicalement. La robophilie a beau être une fiction bizarre aujourd’hui, elle pourrait devenir normale dans un futur proche car les comportements évoluent avec la technologie." Depuis Metropolis à Her, les robots font plus ou moins fantasmer sur grands écrans, et certaines sociétés ont en tête de créer des poupées humanoïdes capables de parler comme des humains. De quoi regarder C-3PO d’un drôle d’œil d’ici à 2070..?

7 /7

siime-eye-1

siime-eye-1

Le Siime Eye, tout premier sextoy-caméra sans fil, vient d’être lancé par la compagnie Svakom. Comme dans Masters Of Sex, ce vibromasseur high-tech permet donc de filmer l’intérieur du vagin, de prendre des clichés et de retransmettre les images filmées à l’intérieur sur écran, le tout grâce à un système WIFI. Muni d’une lampe-torche à son extrémité, il éclaire le souterrain et son chemin à travers les muqueuses et permet ainsi de voir ce qu’il se passe dans le vagin lors de l’orgasme. Si, comme le souligne la journaliste Agnès Giard sur son blog, le rendu rose, lisse et luisant n’est pas franchement excitant, Siime Eye permet néanmoins de faire une micro-révolution dans les mentalités et les chaumières : ses images montrent en effet clairement que le vagin, comme l’écrit encore Giard, "n’est pas un tunnel, ni un tuyau, ni même un tube de chair ainsi que nous le font croire les plans en coupe des manuels d’école. C’est un organe constitué d’une "tunique muqueuse très adhérente" dont les deux faces ne cessent de se frotter l’une contre l’autre, ainsi que deux escargots accolés par le ventre lorsqu’ils copulent… en s’enduisant réciproquement de bave et de suçons. Là se trouve la magie merveilleuse du sexe féminin : il n’est pas creux. Il est plein. Ce n’est pas un conduit vide en attente d’être empli." Désolée, Freud, mais le mythe de la femme incomplète s'arrête donc là. Un grand merci à la technologie et aux sextoys bizarres !

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.