• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Et si on osait ces pratiques taboues ?

Et si on osait ces pratiques taboues ?

Il reste tant d’interdits sexuels que vous n’avez pas explorés… Et si vous les testiez enfin ? Du trio à la fessée en passant par la sodomie, petit passage en revue des pratiques dites taboues, pour vous éclairer (un peu) sur le sujet.


La sodomie

Si la pratique s’est démocratisée dans la pornographie (et pas forcément pour le meilleur, comme le souligne Ovidie dans sa chronique parue dans Métro), la question est de savoir si oui ou non vous allez enfin sauter le pas, et tester la sodomie. Certaines, en évoquant cette pratique peu catholique, parlent de douleurs atroces, de blocage psychologique et d’autres encore de plaisir intense et même d’orgasme. Bref, la sodomie fait polémique sous la couette et les meilleurs amants prétextent, quant à eux, que tout est dans l’approche (évidemment en douceur) et la technique (le clitoris en est la clef). Saurez-vous trouver votre partenaire idéal (et patient) et sauter le pas ?

Notre conseil : trouver quelqu’un de confiance ou, à défaut, laissez-vous porter par le moment sans vous poser mille questions. Et gardez du lubrifiant à portée de main.

Le trio

Plus on est de fous, plus on rit ? Parfois on songe qu’à plus de deux, c’est mieux… Vous rêvez de tenter une aventure à la Jules et Jim des temps modernes ? Il faut déjà trouver le troisième partenaire idéal (ni trop amoureux, ni trop je m’en foutiste) et ne pas oublier que le plan à trois n’est pas forcément synonyme de sexe hardcore où la femme se doit de tout faire et tout essayer sans broncher.
 

Notre conseil : un plan trio, pour une première fois, c’est mieux avec avec de très bons amis libertins sur les bords ou au contraire, des inconnus là pour le plaisir avec qui le lendemain n’aura pas d’arrière-goût amer ou bizarre. À vous de trouver le club échangiste le plus chic de la région…

L’expérience lesbienne

Évidemment, si l’on est homosexuelle il n’y a rien de très surprenant à sortir avec une fille, mais pour une hétéro… Au-delà de la simple idée d’aventure qui change, on se demande toujours un peu si l’on mourra idiote, ou pas, sans jamais s’adonner aux amours saphiques. Toucher un autre corps, s’essayer à un autre rapport, avec une peau douce et pouvoir enfin caresser d’autres seins que les nôtres, c’est assez intriguant.
Sans parler de la forte envie de vérifier si, avec une femme, c’est vraiment meilleur qu’avec un homme… Connaissance du corps oblige.

Notre conseil : Trouvez la femme expérimentée qui saura vous initier sans forcément s’attacher… Sauf si vous comptez explorer votre homosexualité plus d’une nuit, ma foi, pourquoi pas.


La fellation jusqu’au bout

N’y a-t-il que les actrices des films X qui jouent avec le sperme ? Pas forcément. Si l’idée d’avaler peut d’abord vous rebuter, il y a une chose qui est claire : on fait rarement ce geste-là, si ce n’est par amour. Il faut savoir aimer le corps de l’autre, et totalement, jusque dans ses moindres recoins et ses moindres flux pour tenter l’expérience. Si c’est déjà fait et que c’est un bien mauvais souvenir, sachez quand même que le goût de la semence masculine varie selon l’alimentation (le jus d’ananas donnant la meilleure saveur, paraît-il, et le curry la pire). Enfin, si le sperme est essentiellement composé d’eau, il est également riche en minéraux (potassium, magnésium et sélénium) et protéines, soit autant qu’un gros œuf.

Notre conseil : ne pas tenter l’expérience le ventre plein et ne pas hésiter à cracher, si nécessaire. À ce stade, de toute façon, votre partenaire est KO et l’avenir de sa semence tout à fait anecdotique. Rien à prouver, en somme.

Les insultes et la fessée

D’accord, les insultes au lit n’entraînent pas forcément une fessée, et une fessée bien claquée n’implique pas forcement une insulte bien placée. Mais ces deux pratiques ont en commun de laisser la morale de côté, et toutes les normes qui nous codifient au quotidien, pour expérimenter un soi sexuel tout à fait différent. Si l’inconnu du coin de la rue ne peut pas s’autoriser à nous insulter, un gros mot murmuré au comble de l’extase par notre amoureux pourra nous faire un tout autre effet. Idem pour la fessée : passé le stade enfantin de la punition, certaines trouveront que cet acte revigore les chairs, réveille et met d’humeur pour du sexe plus physique que jamais. Et ce n’est pas Rousseau, grand adepte, qui dira le contraire.

Le conseil : en parler clairement avant toute chose. Que ce soit la force de frappe à mesurer avec son partenaire, ou les mots interdits ("S***** oui, mais pas cochonne !"), il faut que les choses soient clairement exprimées, afin d’éviter le plus grand tue-l’amour qui soit. C’est quitte, ou double.

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.