• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

7 choses à savoir sur la masturbation féminine

Sexe : 7 choses à savoir sur la masturbation féminine

Toutes les femmes le font mais personne n’en parle vraiment… Si le tabou du plaisir solitaire masculin est tombé au fil de l’histoire, celui des femmes reste largement nié. Voici 7 choses à savoir sur la masturbation féminine pour se faire du bien en toute sérénité.

Condamnée pendant des siècles, la masturbation est toujours considérée comme amorale par L’Eglise catholique, car hors d’un processus de reproduction. A une époque, on apprenait même aux femmes qui s’y adonnaient qu’elles risquaient de devenir “hystériques“. Pourtant aujourd’hui, les chiffres sont éloquents. D’après une étude* américaine publiée en 2014, 80% des femmes entre 25 et 50 ans reconnaissent s’être déjà masturbées. 22% d’entre elles se donnent du plaisir une fois par semaine et chez les plus de 70 ans, l’activité auto-érotique s’avère supérieure à celles des hommes (26% contre 23,5%). Et elles ont bien raison, car la masturbation présente de nombreuses vertus.

#1 La masturbation permet un tête-à-tête avec vous-même

Frottements, caresses, mouvements circulaires, verticaux ou horizontaux, debout, allongée, assise ou accroupie, vous contrôlez tout de A à Z, et pouvez choisir quelle méthode vous met la plus à l’aise et vous procure le plus de sensations. Doigts, sex toys, ou autres objets, tout est permis !

#2 C’est bon pour la santé

Boosteur d’humeur, évacuateur de stress et de tracas, l’acte masturbatoire agit largement sur notre état physique et psychologique. L’auto-érotisme accroît l’afflux sanguin dans le corps et produit des endorphines, et ce, qu’on ait un orgasme ou pas. Pour de nombreuses femmes, la masturbation constitue un moyen de mieux accepter son corps, mais aussi de s’amuser, par son aspect ludique fait d’exploration et de surprises.

#3 Les femelles chimpanzés se masturbent aussi

Les scientifiques ont observé qu’un grand nombre d’animaux, tels que les biches, les morses et les écureuils, se masturbaient dans la nature. Chez les singes, les femelles utilisent même des objets afin de créer des frictions génitales à l’aide de branches, de feuilles ou même de mangues. Comme chez nous, il s’agit d’un pur moment de plaisir, totalement indépendant de la reproduction.

Crédit : Getty 

#4 C’est une bonne façon de s’épanouir sexuellement

Rien de tel que la masturbation pour accroître sa confiance en soi. Que vous soyez célibataire ou en couple, cette pratique n’a rien à voir avec une forme de compensation due à un manque ou une frustration, bien au contraire. Si vous ne parvenez pas à atteindre la jouissance, le plaisir solitaire représente un bon moyen de tester différentes techniques, en toute intimité et sans pression.

#5 La masturbation peut vous aider après la ménopause…

La majorité des femmes perçoivent des changements corporels au moment de la ménopause. En effet, le vagin peut se rétrécir, rendant ainsi la pénétration et les examens gynécologiques plus douloureux. La masturbation peut alors aider à les repérer et les comprendre, notamment à l’aide d’un lubrifiant à base d’eau. Elle permet également de prévenir ce resserrement, de soulager la sécheresse vaginale ou les douleurs musculaires.

#6 … Et vous procurer une meilleure qualité de sommeil

Vous piquez du nez après une séance de plaisir solitaire ? C’est normal. Tout acte sexuel satisfaisant défait les tensions physiques ou émotionnelles et épuise le corps. Si vous dormez mieux après vous être masturbée, c’est tout simplement parce que vous vous faites du bien. Un moyen sain et facile de lutter contre d’éventuels problèmes de sommeil et de remplacer votre rituel de lecture nocturne quand l’envie vous prend !

#7 La masturbation peut soulager les douleurs menstruelles et musculaires

Se masturber pendant les règles, c’est possible et ça peut même être recommandé.  Sachez que si vous souffrez de crampes, les contractions utérines liées aux activités auto-érotiques aident à l’écoulement du sang menstruel et peuvent apaiser les douleurs. Evidemment, aucune obligation, mais aucune contre-indication non plus !

* « National Survey of Sexual Health and Behavior », 2014. 

LIRE LA SUITE
Eloïse Bouton
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.