• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Parlons peu, parlons cul" : l’émission qui désacralise le sexe avec humour

Juliette Tresanini et Maud Betinna-Marie dans "Parlons peu, parlons cul", l

Quand il s’agit de cul, Maud et Juliette balancent la sauce. Envolés les faux-semblants, brisés les tabous : dans "Parlons peu, parlons cul", les deux comédiennes abordent sans retenue et avec humour tous les sujets qui touchent au sexe. Et ça fait du bien.

Aux manettes de la chaîne Youtube Parlons peu, parlons cul, Maud Bettina-Marie et Juliette Tresanini. Depuis qu'elles se sont connues sur le tournage de la mini-série Bref, elles ne se quittent plus. Les deux humoristes parlent de sexe sans complexe : c’est cash, drôle et criant de vérité. Une recette qui marche, puisqu’elles comptabilisent presque 270 000 abonnés et ont reçu le "Prix du public" dans la catégorie humour, au Web Program Festival de Paris, en mars 2016. "L’idée nous est venue lors d’une soirée entre meufs. On parlait cul sans retenue. C’était drôle et on a même surpris le voisin en train de nous espionner. Comme quoi, ça intéresse tout le monde", avoue Juliette. Si le plus souvent ces conversations restent entre potes, les deux femmes ont décidé de les sortir du placard et d’en parler publiquement : "On s’est rendu compte que, pour parler de sexe, il n’y avait pas d’entre-deux. Soit c’était vraiment trash, soit très théorique. On a voulu apporter un peu de légèreté et d’humour à ce sujet", explique Maud. Ni une, ni deux, c’est après ce constat qu’elles se lancent dans ce projet. Aidées par une équipe d'une dizaine de personnes, les créatrices piochent leur inspiration dans les anecdotes entendues au quotidien

Les tabous ? Elles ne connaissent pas.

Briser les tabous ? Elles savent faire. Fellation, masturbation, orgasme, point G, clitoris, endométriose… Tout y passe et elles ne voient aucun mal à clamer tout haut, ce dont tout monde parle tout bas. Elles n'hésitent pas non plus à casser les clichés pour faire évoluer les mentalités. Comme dans cette pastille sur "le bon coup" dans laquelle elles rappelent qu'une fille n'est pas obligée de tout aimer au lit pour être considérée performante. "Aujourd’hui, on emploie le terme ’tabou’, mais pour nous aucun sujet n’est tabou", soulignent-elles. "On a grandi dans les années 90 avec des Lemercier, des strip-teases en prime time, ‘Banana Split’ de Lio. Pour nous, c’est normal de parler ouvertement de cul", revendiquent Maud et Juliette. "Les gens ont énormément de mal à parler de sexe. Dans les films, on voit des cadavres partout et personne ne s’en préoccupe. Mais dès qu’on entend le mot ‘couille’, ça ricane. C’est dingue l’hypocrisie !", s’étonnent-elles. Pourtant, les tabous sont bien réels et certains mails qu’elles reçoivent le prouvent. "On reçoit des messages de personnes qui nous remercient parce qu’elles se retrouvent dans nos vidéos et qu’il y a certaines choses dont elles n’osent pas parler à leurs proches", dévoile Juliette. Vues comme "les bonnes copines", certains vont même demander des petits conseils aux pétillantes demoiselles. "On prend parfois Juliette pour une gynéco", affirme Maud.  



"Vous êtes la décadence de la société"

Mais si les deux blondes entendent bien démocratiser les sujets très intimes, ce n’est pas du goût de tout le monde et l’émission ne reçoit pas que des éloges. "Bien sûr, on a eu des critiques, mais ce sont des commentaires de personnes haineuses qui disent ‘c’est de la merde ‘. On a juste envie de leur dire de se désabonner de la chaîne s’ils ne sont pas contents", s’impatiente Maud. Si certains disent qu’elles sont la "décadence de la société", d’autres ne comprennent pas les idées qu’elles veulent faire passer. "Une fois, on nous a dit qu’on incitait les filles à pratiquer la fellation, alors que c’était tout le contraire. Chacun est libre de faire ce qu’il a envie, il n’y a aucune obligation dans le sexe", se rappelle Juliette. Internet a son lot d’idiots et elles conjuguent avec. "On dit souvent que les Etats-Unis sont très conservateurs, mais chez eux, il n’y a pas de tabou contrairement à ici", déplorent-elles. A leurs côtés, Norman, Natoo ou encore Sophie de Meufisme, les soutiennent dans leur projet et font quelques apparitions dans leurs vidéos. Une belle victoire pour Maud et Juliette qui ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Cet été, on les retrouvera, comme à leur habitude, chaque mercredi dans des petites vidéos, d’une à deux minutes, dans lesquelles elles délivreront des conseils estivaux. Un beau programme en perspective. A la rentrée, elles parleront des looses amoureuses, de sexe à distance ou encore de consentement. Il se peut même qu’on les retrouve dans une vidéo sur le thème de l’homosexualité parce que mince, "à 30 ans, c’est ton droit d’être heureux, alors aime qui tu veux !". A 20 ans aussi d'ailleurs. 

À lire aussi

Girl power : le Meufisme, la web-série qui bouscule le féminisme
Girl power : “Le Meufisme“, la web-série qui bouscule le féminisme

LIRE LA SUITE
Léa Lestage

Dans cet article :

Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.