• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Orgasme : on a demandé aux femmes ce qui les faisait jouir

Avides de conseils et d’idées neuves, et parce qu’on n’a pas eu envie de débourser les 39 euros d’abonnement au site culte OMG Yes (où des femmes racontent comment elles atteignent l’orgasme), on a demandé directement aux intéressées ce qui les faisaient jouir. Alors, curieuses ?

#1 Son & Lumière

Faire l’amour à la lumière du jour et donc pouvoir se regarder, ça change tout !“ attaque Camille. Comme elle, pour beaucoup l’excitation grimpe en flèche quand l’image accompagne le mouvement. Léa confirme : “J’ai toujours vu d’un mauvais œil les hommes qui se regardaient pénétrer une femme. Mais je m’y suis mise et c’est terriblement stimulant. Je le regarde aussi quand il me fait un cunnilingus, le voir entre mes jambes me donne des frissons“. Dans ce sillage, le rôle de la parole revient sans cesse : “Les gémissements, on y est habituées, parfois on ne les entend presque plus. Mais quand mon mec lâche un ‘oh oui’ ou n’importe quoi témoignant qu’il prend son pied, j’ai l’impression que de l’électricité traverse tout mon corps. Ça fait monter la tension d’un cran et j’atteins beaucoup plus vite l’orgasme“ poursuit Léa.

#2 Tenir la position

Le seul truc qui marche pour moi, c’est quand je me mets au dessus de lui et que je fais des mouvements lents pendant 2 à 3 minutes. Là ça monte petit à petit. Mais quand j’arrive presque à l’orgasme, il faut que mon mec reste presque immobile, le moindre élément perturbateur peut me faire retomber à zéro“ explique Elsa. En effet, quand l’orgasme est proche, certaines femmes racontent que c’est pile le moment que leur partenaire choisit pour innover. La règle d’or : quand c’est bon, on ne change rien ! Iris, elle, n’hésite pas à anticiper : “Quand il me touche et qu’il tient une zone sensible, par exemple quand il frotte la paroi supérieure de mon vagin avec son doigt, il sent que ça monte, ça l‘excite et du coup il a envie d’y aller plus fort ou plus profond. Mais je lui demande de surtout continuer ce qu’il fait. Là, il n’y a plus qu’à attendre“.

#3 D’aventures en aventures (oui, c’est du Serge Lama)

“Je suis quelqu’un qui a du mal à atteindre l’orgasme. Il me faut de l’imprévu, une situation particulière. Bien sûr, une bonne soirée et un peu d’alcool aident à se libérer. Mais le pied, c’est vraiment quand on n’avait pas prévu de le faire“ raconte Clara. C’est comme ça que Caroline a eu son premier orgasme, à 31 ans : “On était à une soirée dans le jardin d’une grande maison. Les gens commençaient à être bien éméchés. J’ai senti un désir fou monter en moi. J’ai pris mon mec par le bras et je l’ai emmené dans les étages. On est montés jusqu’à trouver un….grenier. On a fait l’amour là, sur le sol, hyper stressés de se faire repérer, de façon assez animale. C’était la situation la plus excitante de ma vie, J’ai joui hyper rapidement.“ Bon, vous avez compris le message : la bienséance chez les copains, c’est passé de mode.

Crédit : Getty 

#4 L’importance de la synchro

S’il n’y a pas de stimulation du clitoris, c’est mort“ nous lance Aurélie. Sauf pour celles qui arrivent à l’orgasme uniquement par la pénétration (au fait, on vous déteste) la clé semble être de jouer sur les deux fronts. “Ça n’est pas toujours évident, souvent il n’arrive pas à bien faire les deux en mêmes temps. Du coup, je me charge de me caresser pendant qu’il me pénètre, sinon c’est un peu peine perdue“ précise Aurélie. Flora nous donne des détails : “Pour que j’arrive à jouir, c’est toute une petite chorégraphie. Avec les trois doigts d’une main, il me frotte de droite à gauche, sur le pubis, au dessus du clitoris, surtout pas directement dessus, sinon ça fait mal. Et de l’autre il place un doigt dans mon vagin. Il n’a pas forcément besoin de faire de mouvement avec, c’est juste pour sentir qu’il est là“. Gaëlle aussi aime ce double jeu : “Il faut qu’il me lèche avec des mouvements d’abord circulaires, assez larges, puis avec le bout de la langue juste sur le clitoris, qu’il alterne, qu’il change de rythme, tout en stimulant mon vagin avec son doigt. C’est un peu technique mais bien fait, c’est fou !“. Variante d’Esther : “J’ai besoin que mon partenaire chatouille mon clitoris avec son pouce humidifié et qu’avec son index il fasse le mouvement du ‘viens-là' dans mon vagin. Et s’il me mordille l’oreille en plus, c’est gagné.“ 

#5 Le fameux “edging“

On le connaît parce que c’est la démo gratuite du site OMGYes (un “contrôle“ de l’orgasme). C’est aussi la technique préférée de Garance, 29 ans : “J’ai mis du temps à accepter de risquer de passer à côté d’un orgasme. J’ai découvert “l’edging“ par une amie un peu aguerrie. Ce que je fais, c’est que lorsque mon partenaire me fait un cunnilingus où me touche (où les deux, encore mieux) je le fais continuer le plus longtemps possible jusqu’à sentir que je suis très proche de l’orgasme. À ce moment-là, je prends le lead et je m’occupe de lui pendant quelques minutes, puis je lui demande de reprendre où il s’était arrêté. Je fais à nouveau la même technique et j’aime bien finir en levrette, car dans cette position l’attache clitoridienne est sollicitée. Avec la “frustration“ accumulée, j’arrive à un orgasme hyper intense et beaucoup plus long. Il arrive que cela ne fonctionne pas, mais quand je suis arrivée si proche du graal sans le toucher, le simple fait de sentir mon partenaire jouir vaut presque l’intensité d’un orgasme.

LIRE LA SUITE
Elia Manuzio

Dans cet article :

Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.