• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Les 5 news sexe du mois d’août

Les 5 news sexe du mois d’août

Des vêtements pour célébrer l’orgasme féminin, un tampon à porter pendant l’acte et la sexualité contenue des femmes de la génération Y, découvrez nos 5 news sexe du mois d’août !

10% des jeunes femmes ont des problèmes sexuels

Au Royaume-Uni, 10% des femmes de 16 à 21 ans souffriraient de problèmes sexuels. C’est ce que révèle une étude publiée dans le Journal of Adolescent Health. Les volontaires interrogées citent l’incapacité à atteindre l’orgasme et un désintérêt pour le sexe comme principales souffrances. Selon l’étude, 10% des hommes du même âge serait également confrontés aux mêmes troubles. La docteure Kirstin Mitchell de l’Université de Glasgow estime que ces résultats proviennent avant tout d’un manque d’éducation et de formation des médecins : “quand on parle de la sexualité des jeunes, les professionnels se concentrent sur la prévention et la grossesse. Toutefois, nous devrions considérer la santé sexuelle de manière beaucoup plus globale.“ D’après les chercheurs, ces troubles pourraient affecter le bonheur sexuel et l’épanouissement dans les relations intimes sur le long terme.

Des vêtements pro-orgasme

Vous rêviez de porter un t-shirt à l’effigie de votre propre plaisir ? C’est désormais possible grâce à la créatrice Sofia Metsoviti et sa nouvelle collection entièrement dédiée à l’orgasme féminin. Cette dernière explique au journal britannique Metro que l’idée d’inscrire la phrase “It’s not done if I don’t come“ (“ce n’est pas fini si je n’ai pas joui“) sur sa ligne de vêtements lui est venue “en parlant avec des amies et en réalisant que l’orgasme féminin n’est pas vraiment pris en considération“. Elle espère ainsi promouvoir “une égalité du plaisir“ entre les deux sexes.

sofiametsoviti.com

Un tampon pour faire l’amour pendant les règles

Il s’appelle Flex. Ce tampon révolutionnaire, vendu par une entreprise du même nom basée à San Francisco, a la particularité de pouvoir être utilisé pendant l’acte sexuel. En forme de disque, et assez similaire à une coupe menstruelle, cette nouvelle protection hygiénique, qui peut être portée pendant douze heures consécutives, crée une barrière au niveau du col de l’utérus, empêchant ainsi le sang de s’écouler. Autre avantage, elle serait hypoallergénique et ne provoquerait pas de syndrome du choc toxique. “Flex est si confortable que les femmes nous disent qu’elles oublient qu’elles le portent“, déclare Lauren Schulte, fondatrice et PDG de la marque. “Elles passent près d’un quart de leur vie à avoir leurs règles. Si nous pouvons les aider à se sentir un peu moins honteuses de leur corps pendant cette période, notre mission est accomplie.

Abstinence chez la génération Y

Etre jeune ne signifie pas forcément avoir une sexualité fournie ! Telle est la conclusion d’une étude américaine réalisée par la professeure de psychologie Jean Twenge et publiée dans le journal Archives of Sexual Behavior. L’enquête indique ainsi que le nombre de femmes qui déclarent n’avoir aucun partenaire sexuel s’avère plus important quand elles sont nées entre 1980 et 1990 que quand elles sont nées dans les années 1960 et 1970. Les femmes issues de la génération Y attendraient donc plus longtemps que leurs aînées pour avoir des rapports sexuels. En effet, les vingtenaires et les trentenaires ont tendance à retarder plusieurs étapes qui les font entrer dans l’âge adulte, comme le mariage, et à se positionner de manière plus individualiste que la génération X.

L’orgasme féminin, un vestige ?

Si l’orgasme féminin est plus rare que l’orgasme masculin, c’est parce qu’il n’a plus de fonction biologique. Voici l’étonnante hypothèse émise par deux biologistes et relayée par le magazine américain Science. Ces chercheurs estiment ainsi que le plaisir des femmes serait un vestige de l’évolution. Même si les femmes n’ont pas besoin d’avoir de rapport sexuel pour ovuler, des pics hormonaux surviennent toujours pendant le coït, produisant des orgasmes et rendant le sexe plus agréable. Et comme ces poussées hormonales ne jouent plus aucun rôle reproductif aujourd’hui, les orgasmes disparaissent. Mais, prudence. D’autres spécialistes prétendent que cette théorie reste à vérifier et se base sur de mauvaises interprétations scientifiques. 

LIRE LA SUITE
Éloïse Bouton
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.