• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Les 10 vrais ennemis du couple

ennemis couple 1

Mini-liste exhaustive des ennemis du couple dont il faut se méfier si on veut que notre amour dure au moins trois ans.

1. La culotte fendue
On vous voit venir, à penser que la lingerie coquine est au contraire un élément moteur du couple. Lingerie coquine, certes, mais lingerie bon marché d'actrice porno défraîchie ou de milf en berne, non merci. D'où notre ennemie, symbole ultime du mauvais goût par excellence : la culotte fendue, avec sa variante encore plus maléfique, le string fendu. Une fois porté sans même un peu de second degré, c'est officiellement  le début de la fin.

NB : Du côté de Maison Close, ou Agent provocateur, on peut trouver de la lingerie sexy pas si hardcore... Si on évite le total look domina.

2. La PS3
Bien sûr, ça fait de nous des jeunes filles peu modernes, mais voyons les choses en face : écouter parler notre tendre moitié pendant deux heures de comment Arkham City c'est trop bien esthétiquement ("Non, pas "Arcade City", Arkham City, avec un H et un K, c'est la prison de Gotham City de Batman, qui est comme une ville dans la ville !"), et comment Batman il est trop fort et trop agile, sans parler de Uncharted 3 et de son cri de joie lorsqu'il a appris la sortie anticipée de Resident Evil 6, le 20 novembre prochain. Déjà, ça nous donne l'impression de sortir avec notre petit frère. Ensuite, on appréhende déjà l'automne, surtout si en plus le jeu sort le jour de notre anniversaire. Poisse.

NB : Si vraiment y'a pas moyen de débrancher le monstre, on se fait les ongles pendant les interminables parties de PS3, dans l'espoir qu'inconsciemment un jour la console sera associée à une odeur de dissolvant et ainsi bannie.

3. Les automatismes
Lui couper la parole, être déjà sceptique sur les nouvelles activités qu'il s'engage à faire en 2012, caricaturer ses blagues... Ce genre de détails mène au no man's land amoureux, comme dès qu'il lève les yeux au ciel quand on se confie, on a envie de tout balancer par la fenêtre. Les automatismes, c'est oublier que nous sommes des êtres séduisants avec une chose à prouver, malgré les mois et les années : l'amour c'est un choix, pas un truc qu'on subit comme l'odeur du métro. Le moteur de l'amour, il s'alimente alors par autre chose que la critique sournoise perpétuelle.

NB : Notre amoureux n'est pas notre clone. Et si on le laissait être différent de nous, pour voir ? On risque d'être surprise (et de s'inscrire peut-être à des cours de mambo, mais ça, c'est une autre histoire).

4. Les séries
L'effet néfaste du sitcom sur notre vie de couple est évident. Dès qu'on accroche une bonne série, on ne fait plus rien, sauf mater des épisodes de façon boulimique, seule ou à deux, dans une course effrénée vers la fin de la saison, et ainsi de suite. Les RTT, les jours de fièvres, et les soirées supposées romantiques sont noyées dans cette activité chronophage... Tout ça pour finir par commencer encore une nouvelle série. Bref, on délaisse la réalité pour la fiction, et ça, ce n'est pas bon signe. Vous filez un mauvais coton.

NB : On éteint la télé. Et non, on ne compare pas notre mec aux personnages craquants des séries, c'est franchement se faire du mal pour rien.

5. Le smartphone
Belle invention que l'iPhone et le BlackBerry, mais on peut détecter des signes avant-coureurs de gros soucis le jour où, au restaurant, on se rend compte que l'on n'a pas une seule fois croisé son regard. Autant le téléphone ça peut nous sauver lors des réunions de famille, en revanche à l'heure de l'amour c'est carrément cassant.

NB : On entend parler de certains couples qui osent le "no techno" à partir de 21h, et éteignent ordi, BB et autres gadgets connectés qui nous déconnectent. C'est radical sur les bords, mais pas bête.

6. Facebook
En 2009, dans rapport selon une étude du "Telegraph", Facebook était une cause de divorce invoquée une fois sur cinq ; désormais, au Royaume-Uni, Facebook  est un "témoin" évoqué dans 33% des procédures de séparations. Bref, ces études le prouvent mais nous, on le savait depuis la création de notre compte en 2007 : Facebook, c'est l'ennemi n°1 du couple. Et on n'exagère pas. Franchement, c'est dingue ça, on  passe notre temps sur un site qui nous permet d'être à chaque instant comme dans une méga fête géante en train d'avoir une conversation intime avec tout le monde. Le flirt y est omniprésent, et plus besoin d'attendre un diner annuel pour rencontrer des célibataires intéressants, il suffit de surfer sur les amis de nos amis. Sérieusement dangereux. Sans parler du poke et du like.

NB : N'ouvrez pas la boîte de Pandore, malheureuses : une fois la inbox violée et le compte de notre cher et tendre hacké, la limite du non-retour est franchie. A chercher, on trouve. Et après c'est foutu. Les plus cuculs auront leurs mots de passe respectifs et là, votre ennemi n°1 ce n'est plus Facebook, c'est le cruel manque de mystère. Et la géolocalisation.

7. Le couple
Le couple est l'ennemi du couple, rappelez-vous de cette maxime comme de "L'enfer, c'est les autres" de Sartre. Rien de pire qu'un couple qui n'est pas le nôtre pour nous faire flipper et cogiter sur notre triste condition. Les petits vieux attendrissants main dans la main nous culpabilisent, vu qu'on en est à notre 50ème conquête sans signe de l'âme sœur; les vieux couples chiants nous confortent dans l'idée que de toutes façons, à deux on finit bien par s'abrutir, et les beaux couples qui dansent aux soirées en se regardant dans le blanc des yeux nous renvoient à notre couple blasé qui se calcule à peine... Finalement, on se rend vite compte que le seul couple humainement supportable, c'est le nôtre. Et encore.

NB : En cas de gros bad, on se rappelle la maxime Glamour n°2 : "On n'est jamais dans la culotte d'un couple." Autrement dit, si ça se trouve, le couple éperdument amoureux sur la piste, en vrai, ils sont échangistes. Et toc.

8. L'ex
Si proche et pourtant si loin, à peine re-maquée, l'ex devient tout à coup notre château en Espagne émotionnel. Dès qu'une dispute éclate et que notre régulier se comporte comme un goujat, on ne peut s'empêcher de rêver aux jours anciens où notre ex savait rapidement s'excuser, ou se faire pardonner avec des mots d'amour dignes de ce nom. Du salaud infidèle ne reste que le souvenir de séjours heureux à l'étranger, et la chute est rude dans le présent de notre 30m2 tristounet qu'on habite. L'ex, c'est l'ennemi qu'on se désigne soi-même, histoire de se torturer bien profond. Comme si une prise de tête, en soi, ça ne suffisait pas, et qu'il fallait plonger dans l'addition. Vous avez dit drame ?

NB : En cas de rupture, cette fois on anticipe nos névroses et, parrainée par notre meilleure copine, on s'écrit une lettre à soi-même pour le futur :"Aujourd'hui, mardi 24 janvier 2012, je note solennellement que Cyril est un gros bâtard qui ne répond jamais au téléphone et qui ne me fait même pas jouir et qu'il est hors de question que j'envisage de fantasmer sur lui en 2014, etc." Puis on archive dans la table de nuit, au cas où.

9. Les enfants
La progéniture c'est contradictoire, puisque c'est à la fois ce qui peut bousiller un couple, et le faire tenir. Trois dans le lit, 2h de sommeil par nuit, un amas de paperasse entre la crèche et le dentiste, tout ça n'est pas over romantique. Surtout que plus l'enfant grandit, et plus on se rend compte qu'il a les défauts de son père... Bingo.

NB : Et si on commençait par avoir un chat ?

10. TF1
TF1, c'est le record d'audience de 2011. TF1, c'est donc le reflet des français moyens, subtil mélange de bonne production et de trash, Confessions Intimes oblige. Et quand on regarde TF1 les soirs de grosse fatigue, insidieusement, nous ne sommes plus ces bobos sympas en scooter qui aiment à bruncher et flâner le dimanche : on devient un ménage. Un foyer. Gloups.  

NB : Pareil pour M6. Si l'envie nous prend de contacter Philippe le viticulteur épicurien de L'amour est dans le pré, il faut éteindre la télé illico. Ou quitter son mec. Au choix.

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.