Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Je remanie ma vie amoureuse !

remaniement amoureux

Assez d'une politique de vie sentimentaliste ? Envie de réformes ? On vous livre le meilleur du remaniement, directement inspiré par le dernier retournement de veste du président de la République.

Le remaniement sexuel

C'est la révolution :
ça fait un bail que le sexe n'est plus ce qu'il était. Notre amant, si fougueux, serviable, aimant, qui d'habitude vous baisait tendrement jusqu'aux creux des genoux avant de vous faire goûter les mille et un délices du septième ciel ne vous fait plus que la trilogie quasi dictatoriale poitrine-fesses-minou. Et encore... Tristesse au pays du sexe, où la culture du plaisir s'est un peu perdue, et la politique de la diversité est muselée par un tyran du lit.
Mon remaniement sexuel : avant de lui demander de démissionner, il faut savoir aborder le problème sans pour autant le démotiver. Prenons alors exemple sur le tabou MAM de Sarkozy : le problème est là, le problème part, mais on ne le nomme surtout pas. Ainsi, plutôt que de dire cash "notre vie sexuelle est pourrie", on a deux  solutions : soit on s'inspire de la révolution tunisienne, et on poste des liens explicites et des statuts clairs sur Facebook, mais ça se fait pas trop en fait; soit on prend les devants, et toute seule comme une grande femme politique on planifie une profonde réforme. Ce soir, je t'attache chéri, on verra ce que t'en fais de ton lassant parcours corporel isocèle.

Le remaniement extra-conjugal
C'est la révolution :
avec ce vent libertaire qui atteint désormais les dictatures arabes et moyen-orientales, vous aussi vous avez envie de liberté. D'ailleurs, marre des valeurs bourgeoises qui ne vous correspondent pas, ou de moins en moins : passer l'aspiro, être fidèle, tout ça c'est pour les vendues. Désormais, les femmes révolutionnaires ont bien envie d'observer les différentes propositions des voisins stratégiques, donc.
Mon remaniement extra-conjugal : c'est surtout une question de formule en fait. Au choix, on étudie le bon moment, devant son plat préféré, ou quand il est attaché au barreaux justement, pour dévoiler le nouveau plan de politique étrangère.  Mais non,  ce n'est pas tromper mon amour,  c'est s'intéresser aux acteurs émergeants, c'est tout. Si la réforme passe moyen, vous pouvez toujours promettre un nouvel an en Libye l'an prochain, apparemment ça passe bien.

Le remaniement de couple

C'est la révolution :
idem que pour Ben Ali, Moubarak, Khadafi et d'autres, on veut qu'il dégage : on ne l'aime plus. Sans concession, on fait des sitting dans le salon, on menace l'économie et c'est la pénurie dans les placards de la cuisine. Révolte, crise, colère, c'est l'état habituel des choses et l'équilibre tout entier qui est menacé.
Mon remaniement de couple : ou pas. On peut aussi, dans une bouffée d'oxygène spectaculaire, en avoir autant assez du couple que des négociations, problèmes économico-social et jargon politiquement correct. Parfois, ça sent la fin du mandat, et on veut le départ, rien que le départ.  Sans condition.  A chacune sa politique intérieure, après tout, mais on vous prévient : faire des banderoles et les accrocher aux fenêtres, dans ce cas-là, ça sert à rien. Ni scander "Bibi libre !" devant la porte du salon, d'ailleurs.

Le remaniement solo
C'est la révolution :
si la politique intérieure est satisfaisante depuis le dernier mandat célibat, n'empêche, ça manque un peu d'ouverture. Certes, on a pu faire de grande avancées, se centrer sur la culture, l'éducation, et les relations publiques, mais n'empêche : il est temps de quitter l'état autarcique et de se trouver un homologue masculin de taille.
Mon remaniement solo : c'est l'heure de l'ouverture des frontières sous peine de s'essouffler dans un régime auto-suffisant. On laisse donc passer les immigrés, avec ou sans grands diplômes, après tout on n'est pas contre une bonne dose de nouveauté et de diversité. On remanie en douceur son poste : on quitte celui de présidente de notre chambre à ambassadrice, histoire de voyager un peu en dehors de notre quartier. C'est l'heure d'une refonde de la politique extérieure, du dialogue avec nos voisins, et même de la considérations des états lointains. D'ailleurs, lors des processus de rapprochements entre les pays, il faudra savoir se montrer habile, et tenter d'éviter au possible les scandales... Ou pas. Après tout, une position malencontreuse est si vite arrivée.

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.