• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Flirter au boulot, une vraie mauvaise idée ?

La vérité sur l’amour au bureau

Coucher avec ses collègues peut parfois s’avérer désastreux...

La loi de Cupidon

Coucher avec ses collègues est-il une fatalitéâ??? Oui. Et même une vraie règle mathématique si l’on en croit le sociologue Loïck Roche qui, en croisant les données d’études sexo-professionnelles, est arrivé à la conclusion que chaque individu évoluant dans une organisation de plus de 200 salariés avait, en moyenne, une relation sexuelle intra-entreprise tous les sept ans. Ce que Loïck Roche nomme joliment la «â??loi de Cupidonâ??». Notez que votre ratio d’aventures peut chuter ou, au contraire, brutalement augmenter, que vous soyez secrétaire, cadre ou manager, puisque 80â??% des relations sont en réalité le fait de seulement 40 % des salariés. Ainsi, plus on est haut placé dans la hiérarchie symbolique de l’entreprise, plus nos chances d’emballer sont grandes. Soit le libéralisme amoureux appliqué à l’open space.

 

Et la productivité dans tout ça ?

On le sait, afin de les maintenir en mode prédateur, les coachs sportifs interdisent à leur poulain toute relation sexuelle la veille d’une compétition. En est-il de même pour l’executive womanâ??? En d’autres mots, s’envoyer en l’air avant une présentation Powerpoint nuirait-il gravement à notre productivitéâ??? Au contraire, d’après Alain Samson, pour qui ces relations sont le meilleur moyen de booster notre dévouement à l’entrepriseâ??:«â??Lors de la phase de séduction, le salarié va inconsciemment augmenter sa productivité grâce à son souhait d’apparaître sous son meilleur jour aux yeux de sa flamme secrète en se montrant plus professionnel, bien habillé, etc.â??», analyse l’auteur de Sexe et flirt au bureau. Mieuxâ??: une fois la relation consommée, on observe une plus grande fidélité du salarié envers son entreprise qui ne souhaite pas s’éloigner du partenaire et une réduction des conflits quand les deux amoureux font office de médiateurs dans leurs services respectifs.â??» Alors, le sexe corporate, véritable arme anti-criseâ??? Oui. Sauf bien sûr en cas de rupture. Là, Alain Samson nous promet une «â??chute rapide de la productivité et un risque de mise à piedâ??». Ça fait moins rêver.

 

Que dit le code du travail

Paradoxeâ??: si tout le monde ne pense qu’à ça, le sexe au bureau reste un tabou que les employeurs refusent d’évoquer. Quand ils ne tentent pas carrément de l’interdire. «â??Les dirigeants craignent ce type de relations car elles créent dans l’entreprise des liens de nature intimistes qui viennent forcément concurrencer le système hiérarchiqueâ??», analyse Loïck Roche, auteur de Cupidon au travail. En publiant, en juin dernier, une circulaire interne interdisant à ses salariés de nouer entre eux des relations autres que professionnelles, la filiale frenchy de la société de conseil en management BearingPoint s’est ainsi heurtée à l’une des spécificités libertaires de la juridiction française. Car si outre-Atlantique votre employeur peut exiger la révélation en temps réel de vos idylles para-professionnelles, en France, le code du travail a pour principe l’absolu respect du droit à la vie privée. En d’autres mots, sauf si cette relation nuit directement à votre travail ou si l’on vous accuse d’atteinte aux bonnes mœurs (malheureusement, vous faire surprendre en guêpière dans votre bureau en est une), la règle est qu’il n’y en a pas.

Sondagesâ??: www.monster.fr (réalisé sur 36â??950 salariés européens), www.newwoman.co.uk, Ined (Institut national d’étude démographique) et Simply Hiredâ??; Etudeâ??: E-design.

LIRE LA SUITE
Vincent Coquebert
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.