• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Et si on se faisait notre sextape ?

Et si on se faisait notre sextape ?

Colin Farrell, Leighton Meester, Paris Hilton, Kim Kardashian... A voir les people s'en donner à corps joie en vidéo sur Internet, ça donnerait presque des idées. A quelques réserves près...

C'est quoi les kiffs ?

L'aventure, c'est l'aventure
D'habitude avec Enzo-notre-mec, c'est pas qu'on s'ennuie, au contraire même. Mais voilà : sauf accident sexuel (lit pliable qui se referme, EDF qui sonne..), le scénario et la chute sont assez prévisibles. Se faire un film, c'est introduire le loup dans la chambre. On ne sait pas trop ce qui va se passer ni où tout ça va nous mener. So exciting !

C'est un projet commun
Sauf impro de dernière minute, on en parle avant. On brainstorme. « Ça te dirait de... » « Et puis, on allumera des bougies, ambiance gothique... blabla... », « Et puis, j'vais enfiler mon bustier Chantal Thomass... » Tout juste si on ne sort pas son Ipad ou une feuille A4 petits carreaux pour une liste de « To Do » à remplir à deux.

On se met encore plus à nu
La caméra devient le troisième œil. Ou même le troisième larron, pour peu qu'on la personnifie. On ne s'offre donc plus seulement à Enzo qui nous connaît sous (presque) tous les angles. Mais à cet inconnu qui fait un bzzz discret, voyeur à petite diode rouge. Il vole notre intimité -le pervers, et nous place dans un rôle d'exhib méga excitant.

La farce tranquille
Une vidéo intime, c'est d'abord une sexpérience fun. On ne se prend pas pour des hardeurs, mais juste pour un couple qui veut s'amuser. Oublier d'enlever le cache, filmer le mur ou les draps le temps d'un abandon, ça fait partie du trip. Pareil si le téléphone portable qui filme se met à vibrer (c'est sa mère). Rien n'est grave, tout est groove.

Ça peut rapprocher
Imaginez plutôt : vous finissez votre master 2 à la Sorbonne, il est muté à Albi. 600 km vous séparent. Heureusement, la technologie est là pour vous soutenir. Plutôt que des textos coquins (qui donnent mal aux pouces), on opte plutôt pour le couplé Skype – webcam (qui font du bien au reste). A distance, on s'effeuille et plus si affinités.

Et les risques ?

On est plus dans le contrôle
« Attends, chuis pas prête ! » En clair ? On rentre son ventre, on bombe les fesses et la bouche, on remet sa frange en place. Bref, on veut offrir le meilleur de soi-même. Mais à vouloir se rendre « sexthétique », l'affaire perd en route un peu de son côté wild. Ça peut même virer à la rixe, si Enzo se met à filmer notre moins bon profil. Grrrr.

La technique refroidit l'ambiance
Le problème avec un garçon, c'est qu'il peut se laisser fasciner par son propre matériel (on parle caméra, hein). Travelling par-ci, zoom par , autant que le résultat ait de la gueule en plus d'avoir du sexe. Et comme il n'a pas lu la notice avant, on imagine Enzo pester un « C'est la balance des blancs, déjà ?! » en pleine action. On ne préfère même pas imaginer si la batterie tombait en rade...

Il devient directif
« Mets tes mains  ». « Tes jambes, plus tendues, on voit rien, pfff » Enzo aurait-il oublié que tout ça n'était qu'un jeu ? Ou serait-il en train de se muer en réalisateur-acteur de films X ? C'est le moment peut-être de prendre les choses en main et filmer à votre tour. Idéal pour changer de point de vue et varier les plaisirs visuels.

Le résultat est anti sexe
Il y a ce moment de vérité, post sexe, on regarde le petit film ensemble. A froid, on découvre donc avec horreur que nos épaules sont asymétriques ou ses fesses, plus plates qu'une sole. Et puis, il y a les respirations de moteur d'avion, les cris, les phrases bébêtes (« Pause, j'enlève mes chaussettes ») ou cracras. Il est le bouton « Stop » ?

La vidéo casserole
Un fichier .mov, c'est une trace. Bien sûr avec Enzo, c'est à la vie, à la mort, mais quand même. Et si on le quittait ? Et s'il voulait se venger ? On pourrait bien se retrouver à oilpéofferte sur Facebook, Twitter ou même des sites cochons amateurs. Moralité : mieux vaut tout effacer après usage. Principe de précaution, ça s'appelle.

LIRE LA SUITE
Gaël Le Bellego
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.