• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

6 femmes engagées qui brisent le tabou des règles

6 femmes engagées qui brisent le tabou des règles

Honte, douleurs, changements d’humeur, les règles rythment notre vie de la puberté à la ménopause et nous causent toutes sortes de désagréments. Pourtant banales, elles demeurent encore taboues. Voici 6 femmes qui brisent le silence et nous aident à nous accepter avec créativité.

L'artiste Rupi Kaur

En mars 2015, Rupi Kaur agite le web quand elle poste sur Instagram une photo d’elle (photo ci-dessus), allongée dans son lit, le jogging tâché de sang menstruel. Le cliché est censuré à deux reprises pour “non-respect des règles de la communauté“ avant d’être finalement accepté. Cet incident conforte l’artiste canadienne dans sa démarche et débouche sur une série photographique visant à dénoncer la stigmatisation des règles.

L'auteure Julie Grêde

Pourquoi ne pas parler d’un phénomène qui survient environ 500 fois dans la vie de toutes les femmes ? Dans Ragnagnas, une histoire sanglante (les filles savent pourquoi), Julie Grêde lève le voile sur l’interdit des menstruations, qu’elle qualifie de super pouvoir féminin, avec humour et pragmatisme. Comment combattre les crampes affreuses, une humeur en dents de scie ou choisir une protection périodique adaptée à chacune, l’auteure propose de solutions concrètes au-delà des préjugés.

Ragnagnas, une histoire sanglante, Editions Pxl (7,90€)

La photographe Dwam

A travers des portraits et des témoignages, la photographe et tatoueuse nantaise Dwam libère la parole sur les règles. Son projet body positive “Periods“ donne la parole à des femmes aux âges, identités, morphologies et origines divers qui racontent leur relation à cet épisode d’apparence ordinaire, mais qui rime parfois avec mal-être. Le projet démontre surtout à quel point nous sommes toutes inégales face à ce phénomène, et qu’il existe autant de type de règles que des femmes.

Plus d'infos sur le site de Dwam

Crédit : Dwam

La blogueuse Jack Parker

Le simple fait de dire ‘j’ai mes règles’ me semblait être la pire des saloperies, à la limite d’une insulte“ explique Jack Parker sur son site Passion Menstrues. C’est pour dépasser ce complexe que la blogueuse a lancé une plateforme dédiée aux menstruations, qui compile articles de presse, interviews conseils pratiques et billets d’humeur. Sur un ton léger et pédagogique, elle nous apprend tout sur les règles, notre corps et l’acceptation de soi.  

Le blog de Jack, Passion Menstrues

L'artiste allemande Elonë

En 2015, Elonë, une étudiante Allemande d’origine turque, placarde des serviettes hygiéniques recouvertes d’inscriptions sur le mobilier urbain de Karlsruhe, une ville de Sud de l'Allemagne. “Imaginez, si les hommes étaient aussi révulsés par le viol qu’ils le sont par les menstruations“, “les violeurs violent des gens et pas des tenues vestimentaires“, avec ces messages, la jeune femme dénonce les violences sexistes mais interpelle aussi les passants sur le tabou des règles. Elle profite également de l’occasion pour distribuer gratuitement des protections périodiques à des femmes sans domicile fixe.

Crédit : Elenoe

L'artiste américaine Jen Lewis

Jen Lewis a fait de ses règles un outil de création. Tous les mois, l’artiste américaine récolte son sang menstruel, le dispose dans des récipients et le fait photographier par son mari, Rob Lewis. Intitulée “Beauty in Blood“, la série “féministe conceptuelle“ se décline en volutes colorées qui subliment les menstruations et font oublier l’image dégradante que la société leur associe. Jen Lewis souligne aussi l’importance de travailler en binôme avec un homme pour “qu’ils promeuvent aussi les droits des femmes“

Le site de Beauty in Blood

LIRE LA SUITE
Eloïse Bouton
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.