• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

12 conseils pour recycler sa libido

libido

Pour ne pas s'embourber dans une routine sexuelle, le mieux, c'est d' expérimenter (et d’y mettre de la bonne volonté). Démonstration.

1- On devient une fille de calendrier
Non, l'idée n'est pas de poser nue avec un poney au-dessus du mois de mars, mais plutôt de s'harmoniser avec l'année, le temps qui passe... Philosophie à part, on profite des RTT, ponts en tous genres, week-end prolongés,  pour sauter sur son mec et sur l'occasion. On évite surtout de tomber dans l'égo trip : évidemment qu'on n'est pas les seuls sur terre à s'envoyer en l'air le jour de la Saint Valentin, Noël, ou au Nouvel An. Mais ça vaut mieux que de se faire la gueule, non ?

2- On se décomplexe les fesses
Parfois, il faut juste assumer la simplicité. Ca fait deux mois qu'on fait l'amour à la papa? Pas trop grave. Tant qu'on fait l'amour. (Oui, c'est une pensée capitaliste : on rentabilise. Parce que le sexe, ça donne bonne mine aussi.)Le confort, c'est bien. C'est même une valeur première pour les meilleures d'entre nous.

3- On assume à fond ses fantasmes
Détrompez-vous, pas forcément besoin d'inviter une tierce personne pour s'amuser. Quoique. Mais non, parfois, une simple paires de bas, une jolie culotte, une tenue qu'on n'a pas l'habitude de mettre nous fera sentir suffisamment différente pour appréhender l'homme que l'on connaît si bien autrement. Et là, attention aux surprises : un accessoire tout bête peut créer des situations à la limite schizophrènes. Danger. Hum.

4- On se réconcilie au lit
On la connaît la rengaine, et le cliché : or, souvent, il nous est absolument impossible de nous laisser toucher/approcher après une forte dispute avec chéri/bâtard. C'est bien dommage, car, comme dit Guy Bedos : "Le vrai plaisir de la dispute, c'est la réconciliation." On voit bien que c'est pas lui qui ramasse les chaussettes... Quoiqu'il en soit, lors d'une dispute, on fabrique de fortes doses de dopamine et d'adrénaline, alors autant cavalcader sur canapé plutôt que de pleurer toute la soirée. C'est pour la bonne cause biologique, cette fois.

 

5- On fait l'amour à la plage
Ou à la montagne, ou partout loin de chez soi, pour changer d'air, et naturellement tenter des positions impossibles à réaliser dans l'étroitesse quotidienne de notre chambre. L'amour en vacances, ça remet les pendules à l'heure, justement en défiant les horaires : on fait l'amour l'après-midi, on perd la notion du temps, on se reconnecte... Encore un classique, certes, mais à chacune sa notion du tourisme : pour certaines, des randonnées, pour d'autres, le musée, et pour les intrépides : la redécouverte du corps de son homme.

6- On perd sa boucle d'oreille dans la maison
C'est pour de faux. C'est une feinte, dont le but mesquin est d'amener son partenaire à nous faire l’amour par terre, sur le tapis, sous la table de la cuisine, dans le couloir devant l'entrée du salon, et même juste devant la chambre. Parce que le sexe au sol présente deux très grands avantages (mine de rien) : d'une, ça rend le sexe passablement inconfortable, ce qui empêche ainsi les automatismes lassants. Enfin, second avantage : c'est hyper excitant. Le sol n’est peut-être pas tout à fait propre, ça abîme certes nos affaires, mais justement : ça tue la contrôle freak qui sommeille en nous. Tant mieux.

7- On laisse rugir la lionne qui sommeille en nous
Oui, vous avez bien lu. On ne la joue pas femelle en rut, hein, mais simplement on mise à fond sur un savant cocktail qui allie subtilement brutalité et surprise, pour créer un maximum de désir et rebooster sa libido. Ne cherchez pas, c'est pas cartésien, et pourtant ça marche : on met deux pincées de rouges à lèvres et on fait sauter trois boutons de sa chemise avec véhémence et conviction, et hop ! on a activé le bouton magique de notre partenaire qui se transforme en Robocop du cul. Plus rien ne l'arrête, il faut qu'à l'horizontal (ou pas) justice soit faite.

8- On espère de pas se faire griller
C'est fini, la facilité, la chambre à coucher . Désormais, on copule partout, et dans sa ville, oui, dans quartier aussi, et chez ses amis surtout. Bon, on évite quand c'est à l'apéro et qu'on est les seuls invités, hein. Mais à plus de 15, c'est le bingo gagnant : on s'enferme dans la salle de bain, le bureau, et on revit le plus sexy de nos années d'adolescence. Bonus : si c'est vite fait bien fait et qu'on n'a pas joui, on se sentira quand même vachement plus drôle. Et jeune. Et sexy. Et redoutable. Et aventureuse. Et... bref.
 

9- On s'essaie au tantrisme
Au quoi ? Bon, en vrai, du tantrisme on ne retient cette fois qu'une chose (on ne va pas se mettre à étudier pour pimenter sa vie sexuelle, ce serait un comble) : le fait de prendre son temps. On prend donc son temps, intensément, outrageusement, comme jamais. On ne se déshabille entièrement qu'au dernier moment, et surtout pas avant de s'être embrassé à pleine bouche pendant au moins 45 minutes. Sensation collégienne chaud cacao, il ya du bon à flirter toute la nuit.

10- On instaure "la position de la semaine"
Ca semble scolaire et déprimant au premier abord, mais encore une fois, c'est par la ruse qu'on l'emporte. Le truc, c'est de choisir une position hyper compliquée, passablement ridicule, dans laquelle le confort, sans même aller jusqu'à l'orgasme, semble totalement impossible. Bingo ! vous avez là la meilleure position de la semaine possible : l'ego sexuel de votre mec n'y résiste pas, il faut qu'il y arrive, alors on essaie encore, et encore, et encore... A nous la position du lotus éhonté face à la lune transie !

11- On évite les miroirs
Que ce soit la contemplation des kilos causés par les orgies de foie gras, ou la contemplation intérieure, mentale, en s'analysant à quatre pattes sur le carrelage de la cuisine, on évite à tout prix ce genre de victimisation sadique. Surtout, on relativise, et on se rappelle bien deux choses : l'idée, c'est de se marrer. Et enfin, TOUTES les filles ont de la cellulite, quand l'application Photoshop plante.

12- On est sportive
C'est simple, et ça marche sur tous les coqs/garçons dignes de ce nom : "Cap ou pas cap de le faire 18 fois cette semaine ?" Bon courage.

 

 

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.