• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

10 garçons qu’on rencontre forcément sur Tinder

10 garçons qu’on rencontre forcément sur Tinder

À force de chercher l’amour sur l’application de zapping compulsif Tinder, ça devait arriver : on a recensé les 10 pires spécimens masculins qu’on rencontre forcément dans notre smartphone. Attention, Tinder surprises !

1. L’ennuyeux

Signe distinctif : Slt, ça va ?

Sa caractéristique principale : S’il était mignon au premier abord (la preuve, on a matché), l’ennuyeux de Tinder se fait remarquer en étant particulièrement plat et banal, avec une phrase d’accroche faussement sympathique :"j’ai bien envie de parler avec toi !". Entre sa façon de nous aborder entendue 100 fois, ses blagues totalement niaises et la teneur ordinaire de ses propos, on n’a pas l’impression de se faire draguer, mais de parler avec ces gens en costume-cravate que l’on croise dans l’ascenseur tous les matins et qui nous articulent avec timidité un "bonjour". L’angoisse.

Comment on s’en débarrasse : Poliment. On lui met un vent tout en douceur, à base de "non merci, c’est gentil."

2. Le pote de pote

Signe distinctif : 24 amis Facebook en commun.

Sa caractéristique principale : Son minois nous est familier et on l’a déjà croisé via un pote de pote quelques fois en soirée. Or, étrangement, tandis que d’habitude il ne nous calcule jamais, sur Tinder apparemment on est à son goût, et il se lâche pour engager la conversation une fois le match validé.  Et dire qu’en vrai, ça le tue de nous claquer une bise. Louche.

Comment on s’en débarrasse : Alors qu’on a matché avec lui, c’est compliqué de faire silence radio comme une malpolie, surtout avec le nombre d’amis qu’on a en commun… Bref, on la joue niaise et on le friendzone gentiment, tout en familiarité de pote, faisant de Tinder un sous-Facebook. Pas cool, mais efficace !

3. Le vrai pervers

Signe distinctif : L’illustration ou la photo vintage.

Sa caractéristique principale : Le pervers sur Tinder ne met pas sa véritable photo et choisit un dessin, ou schéma, pour illustrer ses aspirations… C’est-à-dire sa sexualité. Bondage, SM, homme-objet et autres fétichismes tout particulier, la légende de son profil est claire : "Pour une expérience différente, je recherche des filles curieuses, ouvertes, et aventurières." Si on a le malheur – ou l’audace- d’aimer sa photo, après un match immédiat (on ne doit pas être beaucoup de curieuses à oser rentrer dans son délire à la Christian Grey…), la conversation commence comme il se doit : avec beaucoup de courtoisie et du vouvoiement, évidemment. Histoire de titiller la bourgeoise coquine qui sommeille en nous. Enfin, le pervers de Tinder n’y va souvent pas par quatre chemins : "Intéressée pour tester de nouvelles choses ?" C’est là qu’on se sort du filet en lui demandant, habile, s’il n’a pas une photo.

Comment on s’en débarrasse : Si après quelques "vous", des réponses hésitantes de notre part, et une photo de lui envoyée par SMS (autant être discret, si dans la vie on aime être piétiné), l’expérience folle de 50 nuances de Grey avec un inconnu carrément moins beau et loin d’être millionnaire ne nous tente pas, une seule solution : le blocage. Désolée, vous.

4. L’accro au porno

Signe distinctif : Le selfie salace.

Sa caractéristique principale : Elle est principalement photographique… Engin en gros plan sur la photo (mais oui enfin, à quoi donc sert un visage ?), selfie mal cadré sur les pectoraux ou les abdos ultra huilés avec un décor honteux en arrière-plan (le garage de mamie ou un cyber-café...), on se demande franchement comment l’accro au porno fait des matches. Sérieusement, qui va juste liker des tablettes de chocolat d’un garçon péniblement bodybuildé ? Avec un visage inexistant ? Et une phrase d’accroche glauque qui déjoue toute règle d’orthographe ? "Jveux du XXX, demande pas plus." Pas nous.

Comment on s’en débarrasse : En le faisant glisser vers la gauche, tout simplement.

5. Le beau muet

Signe distinctif : Le silence radio.

Sa caractéristique principale : It’s a match ! En plus, il est super canon. Nous, comme une fille pas super moderne, mais ultra ouverte, on n’attend plus qu’une chose : qu’il engage la conversation. Hélas, force est de constater dans notre "feed" de mecs (ce tableau de chasse perso où s'affichent les chats) qu’il n’est pas le seul beau muet à ne pas nous brancher. D’ailleurs c’est la règle de la vie Tinder : le match des uns fait le malheur des autres. Soit le beau muet aura rencontré une amoureuse potentielle à plus forte poitrine que nous (tristesse), soit il restera pour toujours un mystère.

Comment on s’en débarrasse : On ne s’en débarrasse pas justement, et lors d'une soirée un peu trop alcoolisée, on se surprend à regarder avec nostalgie la liste de tous ces beaux mecs, ces muets, qui ne nous ont jamais abordée. Oserions-nous ? Si oui, on évite d’engager un chat plus de 10 jours après le match, et sous l’influence de l’alcool. Histoire d’éviter l’humiliation la plus totale.

6. La target

Signe distinctif : Il est ENFIN sur Tinder.

Sa caractéristique principale : Paul est ce garçon drôle, intelligent, sexy, et jamais célibataire. Pourtant, on l’avait lorgné maintes fois, lui souhaitant à la fois tout le bonheur du monde (qu’il soit avec une fille bien) et tout le malheur aussi (qu’il la quitte pour se mettre avec nous). Donc Paul l’insaisissable sur lequel on fantasme, qu’on ne voit qu’une fois l’an à l’anniv’ de Gertrude, voilà qu’enfin Paul, notre Paul, le fameux, est sur Tinder ! Joie, acclamation, on le matche plus vite que notre ombre sans hésiter. Puis on attend.

Comment on s’en débarrasse : Le beau Paul est resté deux jours sur Tinder. Il n’a même pas eu le temps d'épurer la liste de tous ses matches qui se suivent en file indienne, il s’est déconnecté avant de nous voir apparaître sous notre meilleur selfie, ayant probablement trouvé la femme de sa vie lors d’une énième balade nocturne en fixie. Bref, c’est Paul qui s’est indirectement débarrassé de nous, y’a rien à faire.

7. L'ami

Signe distinctif : On le voit tous les week-ends depuis au moins 3 ans.

Sa caractéristique principale : Il essaie de choper tout ce qui passe sur Tinder, sauf nous, évidemment. Il nous matche pour que Tinder devienne, à l’instar de Facebook, Twitter et WhatsApp et Line un énième réseau social où se serait bien marrant de discuter tranquilles.

Comment on s’en débarrasse : Lassée d’être celle qu’il essaie de tchatcher quand, à 1h du matin le mercredi, plus aucun de ses contacts ne lui répond, on le bloque sans regret. De toute façon, on le voit demain soir pour l’apéro, il comprendra !

8. L’erreur

Signe distinctif : Il n'est pas du tout à notre goût physiquement.

Sa caractéristique principale : Rasta Blanc, gringalet devant sa voiture tunée, adolescent sur le tard qui a assorti sa tenue à son dessus de lit, vieillard libidineux ou apprenti magicien… D’où on a matché cet homme ? Vraiment, c’est la confusion. Error 404.

Comment on s’en débarrasse : En supprimant en un tour d'index son compte Tinder. On vous prévient, ça réinitialise tous les contacts (adieu, beaux muets...) mais au moins les vieux dossiers qui remontent disparaissent eux aussi. Nota bene : On ne laisse plus traîner notre téléphone la prochaine fois, c’est forcément un coup de notre copine Nolyne, ça.

9. L’ex

Signe distinctif : On frissonne quand on l'aperçoit sur l'appli.

Sa caractéristique principale : L'ex est nouveau sur Tinder, la preuve, on ne s’est quitté il n’y a que deux semaines. Avec donc un selfie, ou une ancienne photo qu’on a nous-même prise un soir d’été ou encore une photo tellement vieille qu’elle témoigne de sa fraîcheur sur le marché de la drague 2.0, on se demande pourquoi on le croise dans nos contacts. Il est très probable qu’il ait aimé notre photo la semaine dernière, quand il était pompette, déprimé et nous inondait de SMS. La preuve.

Comment on s’en débarrasse : Ca fait très bizarre au début mais bon, on le jette virtuellement vers la gauche, dans ce monde codé où l’on ne peut jamais revenir en arrière. Et ce n’est pas plus mal, cette fois.

10. La perle

Signe distinctif : Il ne fait pas de fautes d’orthographes.

Sa caractéristique principale : Sympa, engageant, drôle et plutôt mignon : ce garçon décidément semble plutôt "normal" et cumule les qualités de la perle Tinder. C’est-à-dire qu’il nous demande rapidement notre 06 pour continuer par textos (au bout d’un moment, c’est quand même la honte d’avoir constamment l’application Tinder ouverte, au café, au bureau…et il a la délicatesse de nous en soustraire), et mieux, nous propose de se rencontrer dans la vraie vie 3D assez rapidement. Car plus on attend avant de se voir en vrai, et plus c’est bizarre. Donc il a de l’humour, de la répartie et semble émotionnellement libre… OMG ! Il faut foncer.

Comment on s’en débarrasse : On le garde, pardi ! Puis c’est à double tranchant : soit c’est une perle, une vraie, et ça roucoulera assez longtemps pour que l’utilisation de Tinder nous semble désormais complètement inutile, soit c’est une perle Tinder. La perle Tinder, elle, dure entre 3 heures et 10 jours, puis s’évanouit aussi vite qu'elle est apparue. Dommage... Malgré tout, c’est beau, l’amour du risque 2.0 !

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey

Dans cet article :

Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.