• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Je ne l’ai pas trompé, mais… "

100% plaisir, 0% culpabilité

La tromperie peut parfois sauver un couple. Ou le détruire. Afin d’éviter la casse, il suffit de ne pas passer à l’acte. Enfin, pas vraiment. Trois filles racontent comment elles s’autorisent quelques libertés sans tromper.

Nadia, 25 ans, attachée de presse
"Au bout de deux ans de vie commune, j’ai commencé à m’ennuyer avec Antoine. Sexuellement, c’était toujours pareil… quand il se passait quelque chose. On était en plein mois de février, l’hiver s’éternisait. Notre immobilisme sexuel durait depuis trop longtemps. En la matière, un mois semble durer dix ans. Je passe la plupart de mon temps au bureau. Les jours il y avait moins de boulot, j’ai commencé à vagabonder sur des sites parlant de sexualité, pour me renouveler… J’ai dévié sur des sites de rencontres. L’un d’entre eux offrait une promo sur trois mois, pour les filles, genre 2 euros par mois. Je me suis abonnée sur un coup de tête, j’ai mis en ligne une photo de mon épaule nue, juste pour voir. Et j’ai reçu des tonnes de messages. Des tonnesâ??! Les mecs parlaient sans ambiguïté. Je me suis laissé draguer virtuellement. Certains étaient très au point, envoyaient des books de photos top, avaient la blague facile. C’était hyper-prenant, assez excitant aussi, il y a des mecs qui savent parler de sexeâ??! Bref, un jour, je suis tombée sur un type très beau, bien foutu –â??«â??BFâ??» comme on dit sur ces sitesâ??–, sympa et charmeur. On s’est donné rendez-vous dans un café, j’y suis allée. Installée seule à une table, j’avais dénudé mon épaule, comme sur ma photo. Il est venu me parler, et , je ne sais pas pourquoi, j’ai dit que ce n’était pas moi. Il s’est assis, a commencé à attendre. Je n’avais qu’à lever le petit doigt… Mais je n’en avais plus envie. Je ne pouvais m’empêcher de penser à Antoine. Je crois que c’était un peu comme aller à un spectacle des Chippendalesâ??: c’est rigolo, tant qu’ils restent sur scèneâ??! Il a attendu une heure… Quand je suis rentrée, on a fait l’amour comme des fous, Antoine et moi. J’avais vraiment envie, quelque chose s’étaitdébloquéâ??; on était en mars, les premiers rayons de soleil étaient , je n’avais pas encore une grande expérience de la vie de couple. Je ne savais pas que la libido pouvait hiberner quand il fait trop froid et revenir avec le printemps, et de façon fracassanteâ??!"

Clothilde, 34 ans, directrice de production
"Je pars souvent à l’étranger pour produire des documentaires. Je travaille, mais je peux m’esquiver et ces moments de solitude me sont indispensables. Pour apprécier de rester fidèle à quelqu’un, mon secret, c’est de savoir qu’on peut le tromper, si on en a envie. C’est la frustration qui crée le désir. Je ne suis pas frustrée. En voyage, je me fais draguer, je me laisse parfois embrasser, rien de méchant. Mais quand je suis partie trois semaines au Brésil, je dois l’avouer, j’avais l’intention d’aller plus loinâ??: les Brésiliens, c’est mon fantasme absoluâ??!Je suis plutôt jolie et bien foutue, je fais du sport quatre fois par semaine. Jusqu’à mes 24 ans, j’étais plutôt ronde. Puis je me suis prise en main, j’ai perdu 12 kg, et depuis, je n’ai jamais cessé de me muscler, de m’entretenir. Alors sur les plages du Brésil, j’étais à l’aise. Dans l’eau, un mec m’a prise dans ses bras, soi-disant pour jouer. ça m’a plu, mais j’ai vite été mal à l’aise. J’ai compris que ces beaux mecs qui me tournaient autour me rappelaient ceux avec lesquels je flirtais, ado. Ceux avec lesquels je couchais et qui oubliaient mon numéro. A l’époque ils me draguaient avec condescendance. Genreâ??: “Ça doit pas lui arriver tous les jours que des mecs comme nous la tripotent.” Pourquoi j’ai décidé de maigrirâ??? Parce que je suis tombée amoureuse de mon mari. Il m’a donné confiance en moi, et sans lui, je ne serais pas si jolie. Faire l’amour avec lui, ça a du sens, dans ma vie. Ça m’a libérée de mes peurs, de mes doutes. Alors que ces beaux Brésiliens ne faisaient que rouvrir mes plaies. Je n’ai jamais été si contente de rentrer et de retrouver mon petit mec maigrelet et plein de charme. Et depuis, je me laisse approcher moins facilement."


 

Anne, 25 ans, styliste
"Julien, mon mec, a 31 ans, et beaucoup de conquêtes à son actif. J’ai presque dix ans de moins et mon premier amant date de mes 19 ans. Avec mes trois autres aventures pas palpitantes, je n’ai pas beaucoup d’expérience. Résultat, même si ça fait deux ans qu’on est ensemble, je me suis toujours sentie en décalage. A côté de certaines copines de Julien hyper-féminines, j’ai l’impression de dégager autant de charme qu’un brocoli vapeur. Pourtant, sexuellement, tout se passe bien, il me rassure, mais rien n’y fait, je ne me sens pas sexy. Certains jours, j’éprouve le besoin de tester mon pouvoir sur les hommes. Mais comment faire sans dépasser la ligne rougeâ??? L’année dernière, je suis partie avec l’équipe d’un magazine de mode pourle Festival de Cannes, je devais habiller des actrices. Mot d’ordreâ??: glamour. Trois jours de shooting. Je me suis retrouvée avec tous les vêtements emportés pources comédiennes. J’ai eu envie d’en profiter. Le photographe et la maquilleuse sont des amis et je leur ai demandé de m’aider. Je me suis retrouvée habillée genre négligé-sexyâ??: j’ai désordonné ma chevelure, je me suis perchée sur des talons de dixâ??; je me suis tout de suite sentie différente. On est sortis en bande. Le photographe éit du coin, il avait ramené trois potes d’enfance, trois bombes de virilité méridionale. Dès notre rencontre, j’ai vu dans leur regard le truc du prédateur. Je n’ai cessé d’en jouer. On est allés boire des verres au Martinez, puis en boîte. Et là, je me suis lâchée. J’avais envie d’être sensuelle, irrésistible. J’ai dansé avec les copains de mon pote toute la nuit. Moi qui pensais bouger comme Mr Bean, je me suis découverte pro du booty shakeâ??! Un jeu assez excitant s’est installé avec les trois mecs. Je dansais avec l’un, puis l’abandonnais pour embrasser son copain et finalement me blottir dans les bras du troisième. Ils étaient à mes piedsâ??! Mon pote photographe a fait des dizaines de clichés. Quand je me suis regardée, j’ai vu une bombe sexuelle, une vraieâ??! Mais au moment elles ont été prises, je n’avais pas plus d’expérience que la veille, alors j’ai comprisâ??: c’est facile d’avoir l’air sexuel. Un peu trop, d’ailleurs… mais ce qui compte c’est ce qu’on est capable de donner dans l’intimité."

LIRE LA SUITE
Vincent Marino
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.