• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Girls Gone Wine", une histoire de filles (et de vin)

"Girls Gone Wine", une histoire de filles (et de vin)

Sommelières de formation, Calie et Lauren ont tout plaqué pour lancer le projet "Girls Gone Wine". L’objectif ? Casser les clichés d’un métier trop masculinisé et vieillot. Présentation d'un concept à consommer sans modération (juste le concept, hein).

L’histoire d’une amitié
Il est 10h30. Calie et Lauren nous ont donné rendez-vous au Tuck Shop, petit café hype qui se situe rue Lucien Sampaix, nouveau repère tendance du Xème arrondissement de Paris. Alors que l'établissement commence seulement à ouvrir ses portes, les deux jeunes filles arrivent quelques minutes plus tard, essouflées, mais radieuses. Calie, la grande blonde au style impeccable, s'empresse de nous embrasser tandis que Lauren, la jolie brune, nous décroche son plus beau sourire, avant de nous inviter à l'intérieur du café pour nous réchauffer. Une fois assises devant nos cafés, Calie nous confie le début de l'histoire de "Girls Gone Wine" : "Un jour, alors que je me prélassais dans une piscine, Lauren m’a envoyé un texto en me disant : ‘Il faut que l’on devienne les Brigitte du vin !’ Et là, je me suis dit, pourquoi pas…" C’est ainsi qu’a commencé l’aventure de ce projet, en 2012. Fraîchement diplômées de l’université du vin de Suze-la-Rousse, où elles se sont rencontrées, Calie et Lauren décident de monter un projet en duo. "On avait eu notre diplôme de sommelière, mais on ne voulait pas se quitter comme ça, explique Lauren. Lorsqu’on s’est rencontrées, ça a été un véritable coup de foudre, il y avait une parfaite alchimie entre nous." Les deux jeunes filles ont en effet pas mal de choses en commun : elles partagent le même goût pour la fête, la musique, la gastronomie… et évidemment, le vin.

Donner une autre dimension à l’univers du vin
Le principe de "Girls Gone Wine" ? Dépoussiérer l’image du métier de sommelier en organisant des événements un peu partout en France, et le rendre plus ouvert, plus féminin, plus… sexy."L’objectif est de réunir des gens, avec le vin comme fédérateur. On voulait transmettre ce qu’on avait appris à l’université, mais de manière ludique, avec une approche plus chaleureuse et plus conviviale que ce que l’on voit actuellement", explique Lauren. Pour donner une nouvelle image au milieu du vin, encore très masculin et assez austère, les deux amies proposent des soirées à thème sous forme de "package". Et c'est justement pour cela que "Girls Fone Wine" est un projet unique en France : les gens peuvent à la fois dansermanger et déguster du bon vin, que les deux amies choisissent elles-mêmes minutieusement. Elles imaginent ensuite une mise en scène et se parent de leurs plus beaux déguisements. Soirées "prêt-à-déguster", pots de fin de tournage de film, événements d’entreprise ou soirées privées… Les deux amies ne se refusent rien et tentent de transmettre leur passion au plus grand monde possible. Un projet à la fois arty et artisanal, qui a également pour but de promouvoir le métier des jeunes vignerons.

Le début d’une success story 
Si le concept "Girls Gone Wine" n’est parti de rien, la machine s’est pourtant enclenchée très vite. Après avoir organisé une première soirée à Lyon en octobre 2012 avec quelques amis, les deux sommelières finissent par en organiser une deuxième, une troisième… avant de crouler sous les demandes de particuliers, qui ont entendu parler de leur projet. "La magie du bouche à oreilles", déclare Calie avec un grand sourire. Leur meilleur souvenir ? Une soirée organisée dans un studio d’enregistrement parisien, qui a rassemblé plus de 120 personnes, dont le groupe Phoenix et JoeyStarr. Oui, rien que ça. "Pour moi, cette soirée a été une revanche, explique Calie. A l’époque je vivais encore à Vaison-la-Romaine, un petit village d’à peine 6000 habitants. Ça a été un sacré challenge."

Tout lâcher pour vivre leur passion
Une jolie aventure, certes, mais qui leur a demandé de faire des sacrifices. "J’ai dû déménager à Lyon il y a cinq mois, laissant mon mari et mes deux enfants, explique Calie. A terme, j’aimerais pouvoir vivre de ce projet. Je me suis laissée un an pour réussir à concrétiser ce rêve." De son côté, Lauren, qui aidait son père à tenir un restaurant, a dû s’éloigner de son entourage elle aussi : "Mon père était triste, mais aujourd’hui, il est très fier de moi." Les deux amies n’ont donc pas hésité à mettre leur vie d'avant entre parenthèses pour se consacrer entièrement à leur projet. Des regrets ? Aucun, même si elles avouent avoir vécu des moments un peu durs, et qu’elles se disputent quelques fois… "Mais ça monte aussi vite que ça redescend !", déclare Lauren en rigolant. 

Des projets à foison
"Girls Gone Wine", c’est fait. La prochaine étape ? "On a un rêve un peu fou, raconte Lauren. C’est de partir faire le tour du monde des vignobles, avec zéro moyens et juste un sac à dos." En attendant, l’agenda des deux filles est déjà bien rempli : trois événements sont prévus à Lyon dans les prochains jours et elles ont été invité par le festival Calvi On The Rocks pour organiser une dégustation lors de la prochaine édition. Elles investiront également l’Espace Cardin à Paris en février prochain, pour une soirée breakdance qui s’annonce très prometteuse… Ces filles-là n’ont décidément pas fini de faire parler d’elles, et c’est tant mieux.

Merci au Tuck Shop pour leur accueil (13, rue Lucien Sampaix, Paris 10e).

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.