• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Etude : les hommes cherchent l'amour au travail

Les Français sont-ils des séducteurs sur leur lieu de travail ?

Trouver l’amour de sa vie au boulot ? Une plateforme de travail 2.0 intitulée Qapa.fr a dévoilé les résultats d’une étude sur les relations amoureuses au travail ce 15 mars 2016… et les résultats sont quelques peu proches des clichés.

User de son charme lors d’un entretien d’embauche ? Les Français semblent maîtres en la matière. Selon cette étude réalisée sur 17 604 personnes du 1er au 7 mars 2016 par Qapa.fr, une plateforme de travail 2.0, les hommes seraient plus séducteurs que les femmes au travail : 64 % d’entre eux essaieraient de séduire leur recruteur contre (seulement) 35 % chez les femmes.

Le fantasme du patron, un mythe ? Pas pour certain : 29 % de la gent masculine avoue avoir déjà eu envie de faire l’amour avec l’interlocutrice qui les as reçu. Quant aux femmes, elles sont plus timides et gardent le cap : seulement 9 % d’entre elles avouent être attirées par leur recruteur. Côté drague, le bureau est un lieu propice à la recherche de sa moitié pour presque 60 % des hommes sondés. Juste 39% des femmes osent franchir la limite.

Expérience faite, hommes et femmes semblent en accord sur ce point : trouver l’amour de sa vie au bureau est une autre paire de manche. 22 % des femmes et 25 % des hommes ont rencontré leur moitié sur leur lieu de travail.

Une chose est sûre, les femmes ne sont pas prêtes à tout pour obtenir un job contrairement à nos homologues masculins. Quasiment un homme sur deux se dit prêt à coucher sans complexe pour réussir professionnellement alors que pour 96 % des femmes, c’est un refus catégorique.

Si les candidats restent tout de même concentrer lors d’un entretien d’embauche, les recruteurs, eux, ont un faible pour l’apparence. 75 % des hommes et 48 % des femmes déclarent qu’il est important que le candidat leur plaise (physiquement) pour qu’il soit embauché. Une injustice notable tout de même. Quant aux recruteurs qui n’ont pas froid aux yeux, ils sont plus de 64 % des hommes à avoir eu envie de faire l’amour avec la candidate, contre 30 % chez les femmes.

LIRE LA SUITE
Sarah Jobert

Dans cet article :

Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.