Comment sauver son couple en période de Noël

Entre un gros barbu vêtu de rouge qui fait "oh oh oh les petits enfants" et mamie qui sirote son jus d'orange au coin de la cheminée, on a connu plus glamour comme période pour s'épanouir à deux.

couple noel 1
© Getty -

Problème n°1 : on mange tellement qu'on n'a plus faim de rien
Olives, toast, huîtres, foie gras, saumon fumé, blinis, rôti, pommes de terre nouvelles, dinde farcie, châtaignes, salade frisée garnie, plateau de fromages, bûche au caramel, macarons multicolores, marrons glacés, café, chocolats, champagne, liqueurs, vins... Il arrive un moment où plus rien ne passe. Etrangement, à Noël, sous prétexte de réunion de famille, on se nourrit comme si l'on allait mourir le soir même ou pire, comme si l'on allait jeûner tout 2012. D'un coup, la moitié nord de la planète se remplit le ventre à faire pâlir l'autre moitié, et nous avec. Une fois le repas péniblement englouti, impossible de se sentir sexy : on a l'estomac coupé en deux par l'élastique de notre collant, et on peine à lever notre ultime coupe de champagne à notre bouche, tant on se sent engoncée.

La nuit porte conseil. En matière de nourriture charnelle, là, on a clairement eu notre compte. La câlin c'est mort, vu ce dont on a l'air quand on se met sur le dos pour recevoir ses doux baisers : à un éléphant de mer échoué. Pas Ariel la petite sirène, mais l'autre, le truc visqueux qui ressemble à une vache marine légèrement amputée. Avec la bûche restée en travers la gorge, difficile de jouer la biche au lit, on n'a même pas la légèreté physique nécessaire... Il va falloir feinter, ou notre couple croulera sous notre poids. Et pour cela, la nuit porte conseil : Noël, traditionnellement, ça se fête le matin. Eh bien voilà. Demain, 10h, au réveil, c'est fête. Ca va swinguer sous les draps, en toute légèreté cette fois.