Amour : on adopte la couplonomique !

Et si, pour gérer les crises de couple, on pouvait y appliquer des principes économiques ? C'est ce que proposent les deux auteurs du livre "Couplonomics", Paula Szuchman et Jenny Anderson.

  • Par /
  • 28 JUI. 2012 /
couplonomique
© Getty -

Idée n°2 : Comprendre l'aversion pour la perte (pour se disputer moins longtemps)

L'aversion pour la perte est l'un des moteurs les plus destructeurs en économie : la peur intense de perdre est sans doute courante, mais bien plus profonde qu'elle n'y paraît. L'aversion pour la perte fait, par exemple, qu'on remarque mieux la hausse que la baisse des prix, ou que les traders continuent frénétiquement de spéculer, engrangeant des pertes bien supérieures à celles qu'ils auraient eu si, tout simplement, ils se seraient arrêtés.
Si tout le monde déteste perdre, l'aversion profonde qu'ont les êtres humains pour la perte les amène à risquer le tout pour le tout dès qu'ils se sentent menacés. C'est ce qui explique, par exemple, ces disputes particulièrement éprouvantes où, quand on commence à s'enfoncer, on s'enfonce jusqu'au bout, proférant des paroles qu'on finit souvent, franchement, par regretter.

Ainsi, les disputes interminables où l'on est en furie à vouloir prouver son point de vue à l'autre comme étant la vérité vraie sont non seulement pure perte de temps (on a fini par le remarquer), mais aussi un pur reflet de notre aversion pour la perte… D'ailleurs, c'est un jeu de dupe, on est rarement plus écoutée ou comprise en se prenant la tête jusqu'à pas d'heure. Bref, la peur de perdre au jeu du plus fort nous fait perdre encore plus : du sommeil, de la crédibilité, de la complicité.
Les auteurs proposent alors deux solutions simples et efficaces pour retrouver sommeil, dignité, et sérénité dans son couple :

- Attendre le lendemain : la nuit porte conseil. Souvenez-vous, Mamie le disait, et elle n'avait pas tort.

- S'imposer la règle des 24h : dès qu'une situation nous énerve, on évite la réaction directe et on attend 24h, tranquillement. Si l'énervement passe, ça ne valait pas le coup de s'exciter, la tempête est passée. S'il persiste, au moins on peut en parler calmement cette fois, pour changer. Et dormir la nuit, aussi.