Amour : on adopte la couplonomique !

Et si, pour gérer les crises de couple, on pouvait y appliquer des principes économiques ? C'est ce que proposent les deux auteurs du livre "Couplonomics", Paula Szuchman et Jenny Anderson.

couplonomique
© Getty -

La finance n'est pas le milieu le plus glamour et pourtant, les deux auteurs du livre Couplonomics, Paula Szuchman et Jenny Anderson, ont réussi à garder le meilleur des théories économiques pour parvenir à sauver, booster ou harmoniser notre couple avec ce qu'elles appellent la couplonomique. Loin des clichés mièvres, la couplonomique consiste à appliquer intelligemment et rationnellement dans le domaine de l'amour, et plus précisément celui du mariage, véritable "entreprise à deux", des préceptes qui fonctionnent très bien en économie. Contre les idées reçues des couples, voici les grandes théories de l'économie à notre rescousse.

Idée n°1 : Créer la division du travail dans son couple (mais pour être plus satisfaite)

A priori en 2012, on suppose que pour qu'un couple fonctionne, quand on habite ensemble, il faut un juste partage des tâches domestiques, du genre 50/50 et à faire à tour de rôles, selon. Or, comme le remarquent les auteurs de Couplonomics, alors que l'idée du partage des tâches est toute simple, il n'empêche que ça reste un des sujets fétiches de dispute entre les couples. Alors que faire ?
On s'inspire de la théorie sur le travail fondé sur la division et la spécialité de chacun (d'après Adam Smith). En effet, dans une entreprise comme dans la vie à deux, une relation fondée sur les mêmes tâches pendant le même temps et la même charge de travail correspond plutôt à… du travail à la chaîne. Qui voudrait de cela chez soi?
Couplée avec la "théorie des avantages comparatifs" de David Ricardo, on s'érige définitivement contre le partage des tâches à 50/50, mais pour notre plus grand bonheur. Ainsi, plutôt que de partager exactement les mêmes tâches et activités, on essaie un partage plus cohérent selon ce qu'on sait mieux faire. Evidemment, pas question d'avoir toutes les corvées les plus pénibles, mais simplement de s'adapter ensemble pour gagner du temps qui servira au couple d'un temps libre pour les loisirs.

Exemple pratique : Si vous êtes plus rapide que votre tendre pour faire la vaisselle, alors que vous galérez à laver le sol, échangez et adaptez vos tâches selon chacun. Le gain de temps sera pour vous deux, vous ferez certes beaucoup plus souvent la vaisselle mais ne perdrez plus un temps considérable à faire les sols, et vice-versa. Le niveau d'équité est certes différent mais le gain de temps, non négligeable !

Autre exemple : changer de système avec l'Optimum de Pareto.
Vilfredo Pareto économiste italien de la fin du XIXe, peut nous permettre de gérer crise et conflit grâce à son concept d'optimum :"Un optimum de Pareto est une situation dans laquelle on ne peut améliorer la situation de l'un sans détériorer celle de l'autre." Pour illustrer cette théorie, Paula Szuchman et Jenny Anderson prennent un exemple assez simple : une pizza. Si vous la partagez à part égale, disons en quatre parts chacun, et que vous calez, tandis que votre moitié, elle, a toujours faim, vous pouvez soit rester parfaitement équitable et garder votre part, soit faire un choix optimum (de Pareto) et donc décider de rendre l'autre heureux, sans se rendre plus malheureuse, et de lui donner votre part supplémentaire. Il y a certes une certaine détérioration de votre situation, mais elle est moindre face à la satisfaction procurée à l'autre. Dans la vie de couple, l'Optimum de Pareto peut se comprendre à une plus grande échelle : plutôt qu'un partage équitable à 50/50 qui peut vous laisser profondément insatisfaite, parfois un partage à 70/30 ou autre vous convient mieux s'il vous est adapté.

NB : Surtout, ne spéculons pas sur le mariage !
Spéculer, c'est penser qu'on va tirer un profit rapide d'une situation. Or, en toute logique, avec les chiffres du divorce, le mariage constitue objectivement l'un des plus gros risques spéculatifs qu'on puisse être amenée à faire. Pour qu'un mariage fonctionne, il faut sortir de l'hypothèse spéculative, croyant naturellement que le mariage va fonctionner, pour plutôt considérer le mariage comme un investissement… à long terme.