• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Les 5 news sexe du mois de septembre

Les 5 news sexe du mois de septembre

Des hormones féminines contre la grippe, une Madame Orgasme en Indonésie et le premier modèle de clitoris en 3D, découvrez nos 5 news sexe du mois de septembre !

#1 De la progestérone contre la grippe

Vous prenez une pilule à base de progestérone ? Vous avez donc moins de risques d’attraper la grippe. Voici la conclusion étonnante d’une étude réalisée par des scientifiques américains de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health à Baltimore. Après avoir étudié des souris, cette équipe de chercheurs a découvert que l’hormone sexuelle féminine permettait de contrer les infections grippales et accélérait la guérison des cellules pulmonaires malades. La progestérone agirait donc bien au-delà du simple système reproductif et pourrait un jour devenir un traitement efficace contre la grippe pour les femmes.

#2 Les 5 positions que les femmes détestent

Quelles sont les positions sexuelles que les femmes détestent le plus ? Le magazine américain Men’s Health a posé la question à 1 200 lectrices de Women’s Health et leurs réponses s’avèrent parfois surprenantes. Ainsi, en queue de peloton, on retrouve le 69, qu’elles estiment “impersonnel“ et “inconfortable“. Le missionnaire et l’Andromaque, jugés peu agréables, se classent respectivement en quatrième et troisième place. Être au-dessus ne semble donc pas combler les femmes, qui éprouvent une gêne face à l’attention qu’on leur porte et ne parviennent pas à se concentrer sur leur plaisir. Enfin, la grande gagnante des positions les plus honnies reste la levrette, considérée comme désagréable, notamment car elle cause des douleurs au niveau du col de l’utérus.

#3 Les bienfaits du sexe après 60 ans

Si vous pensez qu’avoir des relations sexuelles passé un certain âge représente un danger, détrompez-vous. Des chercheurs américains ont interrogé 2 204 femmes et hommes âgés de 57 à 85 ans, une première fois en 2005 et en seconde en 2010, sur la satisfaction et la fréquence de leur vie sexuelle ainsi que sur leur état de santé. Résultat, le sexe représente bien un danger pour les hommes seniors et accroît les risques d’attaques cardiaques ou cérébrales, mais se révèle très bénéfique pour les femmes, en luttant contre l’hypertension et l’apparition de maladies cardio-vasculaires. La qualité et l’intensité des relations ne semblent pas primer, mais l’intimité et le degré d’émotions procuré favorisent leur bien-être.

#4 Une Madame Orgasme en Indonésie

Votre corps et votre plaisir sexuel sont votre indépendance, l’Etat s’en fout“, tel est le message prôné par l’Indonésienne Firliana Purwanti. Pour cette militante, lutter pour l’égalité dans la chambre à coucher constitue un moyen pour les femmes d’accéder aux postes de direction dans les entreprises et en politique. Surnommé “Madame Orgasme“, Firliana Purwanti parcourt son pays pour sensibiliser la population à l’importance du plaisir féminin et dénonce les tests de virginité imposés aux femmes qui veulent entrer dans la police ou l’armée ainsi que les rituels de mutilations génitales féminines (MGF).

#5 Le premier modèle de clitoris en 3D

Depuis la rentrée, les élèves de collège et de lycée peuvent enfin apprendre ce qu’est un clitoris et comprendre l'orgasme féminin. Bien que décrit par l’urologue australienne Helen O’Connell en 1998, l’organe tabou est pourtant resté absent des manuels scolaires pendant des décennies. S’il trouve enfin sa place dans les cours de SVT, c’est grâce à la chercheuse française indépendante Odile Fillod, créatrice du premier modèle de clitoris à échelle réelle imprimé en 3D. Toute personne dotée d’une imprimante 3D peut se procurer un exemplaire, libre de droit et téléchargeable gratuitement en ligne. Et il était temps. En effet, selon un rapport sur l’éducation sexuelle du Haut Conseil à l’égalité paru en juin dernier, un quart des filles de 15 ans ne savent pas qu’elles ont un clitoris, et 83 % des collégiennes de 4e et de 3e ignorent sa fonction. 

LIRE LA SUITE
Eloïse Bouton
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.