• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

8 façons d'optimiser ses disputes de couple

8 façons d

Selon certaines études, se disputer serait bon pour la santé du couple. Mais toutes les embrouilles ne se valent pas. Et pour être efficaces, elles doivent permettre de résoudre un conflit. Pas finir en bain de sang. Engueulez-vous avec talent.

#1 La menace classique

C’est l’intimidation de base. À court d’argument, l’un des deux menace l’autre de plier bagage. Or, selon la thérapeute de couple américaine Samantha Rodman, si le duo en est à se balancer systématiquement des menaces et ultimatums, c’est que la communication est incompatible. Car les menaces de rupture sont improductives. "Le partenaire menacé finit par s'éloigner. Ou alors la menace finit par perdre son pouvoir, ce qui oblige celui qui menace à mettre son ultimatum à exécution, sans en avoir envie, juste pour prouver qu'il est sérieux"... Selon la psy, "derrière toute menace de séparation se cache une demande d’attention." Alors autant le demander gentiment, non ?

#2 La tentative de diversion

C’est le partenaire (ou vous) qui, se voyant reprocher quelque chose, en vient à reprocher un fait beaucoup plus ancien et qui n’a rien à voir avec la dispute du moment. Bref, il/elle tente une belle diversion... totalement improductive, selon Samantha Rodman, puisque elle empêche de résoudre le conflit en cours, et instaure un dialogue de sourd. Pire, "Il est injuste de se voir reprocher constamment un comportement du passé. Votre partenaire devrait soit laisser aller, soit en parler au moment opportun pour résoudre vraiment ce problème : et donc ne pas le ressortir dans une autre conversation qui n’a rien à voir..."

#3 La dichotomie binaire

Consiste à ruer dans les brancards, sur le mode "tout noir / tout blanc" ("Oh mais toi es parfait", sous entendu : "tu es horrible"). Dans sa version extrême, cela consiste à charger l’autre et se présenter en martyr... Pour sortir de cette communication mortifère, Samantha Rodman suggère : "Évitez de vous enfoncer dans les jugements de valeur ou le pointage du doigt. À la place, expliquez précisément à l’autre le mot ou le comportement qui vous a blessé. Et surtout, réfléchissez à votre propre attitude aussi, en essayant de comprendre pourquoi une action particulière vous dérange à ce point." Bref, tout mettre sur le dos de l’autre n’aboutit à rien...

#4 La dispute "ad lapidem"

Consiste à affirmer que les propos de l’autre sont absurdes, sans expliquer en quoi ils le sont, ou faire soi même des réponses cryptées qui empêchent tout dialogue constructif. Dans une dispute, cela peut se traduire par lancer : "tu es fou/folle", ou "c’est n’importe quoi", sans s’embarrasser d’aller plus avant dans l’échange. Or selon Samantha Rodman, c’est sans doute la technique de conflit la plus meurtrière puisqu’elle amorce souvent le début d’une escalade d’insultes. "Aucun conflit ne peut se résoudre si l’un des deux reste obstinément hermétique au dialogue. Et l’insulte est le signe d’une relation ou conversation qui n’est pas saine..."


#5 La caution exérieure

Ce climax du conflit consiste à s’en référer à une instance supérieure qui détiendrait la vérité, et balancer : "Ma mère pense que", ou "mon psy dit que"... Effectivement, ces personnes ont donné leur avis, ou conseils, sur la relation. Mais c’était ; en off, et inviter papa, maman, la copine, le psy, dans la dispute va forcément irriter l’autre. "On ne dite plus : ma mère pense que j’ai raison dès la fin de la maternelle, affirme Samantha Rodman. Et utilisez plutôt les déclarations de votre thérapeute pour comprendre les racines possibles de votre propre comportement dysfonctionnel, et non comme une attaque agressive envers l’autre..."

#6 L’épouvantail

Technique consistant à déformer un argument de l’autre en l’emmenant hors de ses limites logiques, pour qu'il devienne grotesque. Concrètement, cela peut se traduire par : "Tu trouves que je suis trop proche de machin ? Ça veut dire je ne suis autorisé(e) à parler à personne ?" Samantha Rodman  conseille de "ne pas tomber dans le piège en se mettant soi-même à répondre à ces nouveaux arguments biaisés qui vont éloigner du problème initial. Si quelque chose vous gène, il faut en rester aux faits. Et si vous pensez que la communication est un problème récurent dans le couple, et qu’il est impossible de discuter, consultez à deux..."

#7 L’embrouille SMS
Selon une étude de l’Université Washington and Lee, mieux vaut éviter les disputes par SMS, car "ce langage simplifié ne véhicule pas les nuances nécessaires à la résolution d’une crise," affirme les chercheurs en psychologie. "La discussion par texto est beaucoup plus pauvre qu’un face-à-face; elle n’offre aucun indice sur le ton de la voix, ou sur la physionomie. Ni sourire, ni geste d’apaisement, ne peuvent accompagner la dureté des mots, ce qui trouble la compréhension et l’interprétation. Les malentendus et les doubles sens sont alors fréquents, ce qui est contre-productifs..."

#8 Les mots magiques

Selon Hal Runkel, thérapeute de couple US, il existe des mots magiques pour apaiser une dispute, qui sont : "aïe" et "tu vas trop loin"... Le psy constate que, durant un conflit, la majorité des couples se servent d’infos sur l’autre pour le/la blesser. "Personne ne peut vous blesser autant que celui dont vous êtes le plus proche", rappelle-t-il. "Or il faut au contraire dire : Stop, c’est blessant. Je ne sais pas si tu voulais me faire mal, mais ça marche. Ce à quoi votre partenaire pourrait répondre : toi aussi tu m'as dit des choses blessantes. La meilleure réponse serait alors : tu as raison, et j'en suis désolé(e)". Mais ça, c’est quand le couple n’éprouve pas une grande volupté à se disputer...


LIRE LA SUITE
Julie Rambal
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.