• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Le jour où j'ai fait mon beau salaud"

femme goujat

C'est l'instant confession ultime : même la plus chic des filles s'est comportée un jour comme un pur goujat. On a menti, trompé, mal plaqué... Que celles qui n'ont jamais fait leur biatch jettent la première pierre.

Jamais deux sans trois
"J'avais un ex petit ami qui vivait dans le Sud, je l'aimais bien, et surtout j'adorais aller à Aix chez sa famille que je trouvais folklo et cool. Alors un jour, je ne sais plus trop comment mais il a fini par m'envoyer des billets d'avion pour descendre le rejoindre, convaincu qu'on allait se remettre ensemble pour de bon. Et moi je lui ai effrontément menti, parce que j'avais envie de coucher avec lui et que cette semaine s'ancrait parfaitement dans mes vacances d'été. De retour à Paris, je suis sortie avec un autre garçon, maladroitement j'ai jonglé avec les deux pendant quelque temps, jusqu'a ce que je file deux mois au Mexique... Et les quitte tous deux avec un mail de trois lignes pour un beau local, dont j'étais tombée folle amoureusen et qui voulait m'épouser.  D'une pierre deux coups, c 'était pas très sympa, j'avoue." Giulia, 26 ans

La Pacha
"Un jour que j’étais dans un bon resto avec mes parents, je repère un petit serveur d’une vingtaine d’années (j’en avais 28 à l’époque), très mignon. Au cours du service, on se fait quelques petites œillades bien senties, mais impossible d’entreprendre quoique ce soit, bloquée entre mes deux géniteurs. Je quitte donc le resto un peu déçue de ne pas pouvoir donner plus de suite à cette affaire, mais je me fais une raison. Pourtant, quinze jours après, il me trotte encore dans la tête. Je retourne donc au restaurant, seule, et m’assois à une petite table. Un serveur arrive, mais je le rembarre : c’est l’autre que je veux. Mon mignon me sert donc, à grand renfort de jolis sourires, mais son chef est derrière lui et il n’a pas de temps pour discuter entre les plats. Je ne me laisse pas abattre, puisqu’en partant, je laisse bien en évidence une carte avec mon numéro de téléphone et « rappelle-moi » en capitales. Le soir même il me rappelle, et nous convenons de nous voir dans mon appartement. Problème : il est fauché, n’a pas son permis et ne peux pas venir chez moi car j’habite trop loin. Qu’à cela ne tienne : je lui fais envoyer un taxi, qui me le ramène à domicile. Après une nuit romantique, nous refaisons la même le lendemain soir après son service.
Ont passé quelques semaines délicieuses où mon petit serveur à peine majeur venait chaque nuit me rejoindre directement dans mon lit, ramené par le même taxi , payé par mes soins. Je n’ai jamais autant eu l’impression d’être un prince arabe faisant venir des courtisanes dans son palais. " Aurelia, 32 ans

Le silence est d'or
"Une fois un mec m'a dragué dans un bar, je le trouvais laid et débile, mais il avait des potes plutôt pas mal... Quand il m'a demandé mon numéro, normalement je refuse systématiquement mais je me suis dit bassement  que ça pouvait me rapprocher de ses potes. Il s'est tout de suite mis à m'envoyer des textos pseudo poétiques super lourds, et à la longue j'ai fini par répondre "merde" et je n'ai plus eu de nouvelles. Voilà comment je m'en suis finalement débarassée." Mariam, 23 ans

A bon entendeur
"Ado, un jeune Allemand était dingue de moi mais l'assumait peu tellement il était timide. Moi, je voulais juste coucher avec lui. Un soir, c'est enfin arrivé dans l'atelier de photo de son père, hyper romantique. Il allait s'assoupir tranquillement après nos ébats dans les rideaux de velours qui nous servirent de couche, lorsque que je le convainquis de me ramener chez moi. Il était 3h du matin, il me tenait la main sur le chemin, et j'ai le souvenir distinct que vraiment, ça me saoulait cette douceur. J'étais vraiment dure, à l'époque..." Kim, 24 ans

Oups
"Une fois, je le savais pas mais je flirtais avec un garçon vierge. Pour sa première fois, il a donc fait l'amour dans les toilettes de notre internat. Mon excuse, c'est que j'en avais vraiment aucune idée, de sa naïveté. Juré. Sinon, j'aurais sans doute fait ça bien, dans un lit avec des bougies. Genre." Chloé, 25 ans

Loin des yeux...
"J'étais avec un garçon depuis quelques mois, les vacances d'été arrivent : adieux déchirants, j'avais prévu des vacances au Club Med avec ma meilleure pote de l'époque. On se quitte en larmes, moi super angoissée, c'est promis on est fidèles, on ne se trompe pas... Blablabla. On se fait nos promesses tous deux très convaincus, je pars et je le trompe dès le premier soir. Désolée... Enfin, quand je suis rentrée et qu'il m'a regardé avec ses yeux tout amoureux il m'a dégoûté, alors je l'ai quitté. Il a pleuré et plus il pleurait plus il me dégoûtait. J'ai un côté Cruella à mes heures perdues..." Lou, 27 ans

Le sens du devoir
"Un dossier pas très cool : quand j'étais encore vierge, j'avais vraiment envie d'en finir et j'avais une grosse pression à l'idée de faire ça avec un mec "super" ou d'attendre le bon. J'avais envie d'en finir avec ça pour que ça soit cool après. A l'époque une pote m'avait prêté l'appartement  de ses parents en vacances pour que je puisse vivre ma première fois, en échange je devais nourrir les hamsters. J'ai donc couché avec ce mec lambda qui me plaisait plus ou moins, (qui avait un tout petit pénis) et bref ça duré quelques secondes. Décevant. Sans m'apitoyer je me suis rhabillée et je l'ai raccompagné à la porte en lui faisant la bise avec pour excuse : "désolée mais je dois nourrir les hamsters." Dora, 28 ans.

Les grands moyens
"Une fois que j'étais en stage, j'ai flashé sur un mec et je savais que c'était réciproque. Sauf que c'était pas évident non plus. J'en ai eu marre alors je me suis tapée son collègue le plus proche. Ca a marché, il a fini par dévoiler sa flamme, mais l'autre m'a prise pour une énorme salope et l'a super mal vécu. Enfin bon, c'est pas méchant non plus. Si ? " Emilia, 30 ans

La solitude
"J'ai déjà fait le pire : pour réussir à coucher avec mon mec, j'ai pensé à quelqu'un d'autre. Je l'aimais plus, c'est tout." Hannah, 28 ans

La charité
"Un mec me draguait très, très lourdement. Martin. En fait le truc, c'est que j'étais avec deux copines dans "une bande". Et lui il était avec trois copains. Mes deux copines sortaient avec les deux mecs pas trop moches du groupe. Et forcément le Martin, le cheum, a cru que très logiquement on devait se mettre ensemble. Genre "Esprit Hélène et Les Garçons", une fille pour un mec. Obligé. Alors qu'il me plaisait pas du tout, ni physiquement, ni mentalement. Mais genre PAS DU TOUT. Il a commencé à me draguer, je lui ai dit tout de suite "non, restons ami, je ne suis pas intéressée". Il insistait. Je le rembarrais gentiment. Au bout de trois semaines de harcèlement, j'ai craqué. Il m'a demandé de l'embrasser devant tout le monde. J'ai hurlé "Sortir avec toi, c'est faire de l'humanitaire. Je suis pas la Croix Rouge, ok ?". On raconte qu'il a pleuré tout seul chez lui après. Mais au moins il a compris. Le pire de cette histoire, c'est que depuis, on l'appelle plus Martin, mais l'Abbé Pierre. C'est moche, je sais." Elizabeth, 27 ans

Mauvaise pioche
"Le jour de mes 25 ans, j'ai fait une jolie fête avec tous mes amis chéris, ma famille et mon mec Joseph. Je m'en souvenais pas très bien, mais dixit mon cousin, j'ai clairement dit et répété, après l'instant fatidique du soufflement de bougies : "Là, tout de suite, j'ai qu'une envie, c'est d'aller faire l'amour avec Léo..." Léo, c'est mon ex. Sympa hein." Claudia, 25 ans toujours

Sans foi ni loi
"Mon ex essayait de me récupérer et me disait ses sentiments comme jamais il n'en avait été capable lorsqu'on était ensemble. Mais moi, je voyais déjà un autre garçon. Un soir, après un dîner très galant, tandis qu'il me parlait encore d'amour, je lui ai carrément dit : "Il est temps que je voie en pratique ton amour". Et je l'ai convaincu de m'emmner chez lui faire l'amour. Craintif, il a quand même fini par tout donner... Au matin, j'ai répondu à un texto trop mignon de mon nouveau copain envoyé dans la nuit et je suis partie pour ne plus jamais regarder en arrière." Lorraine, 26 ans

C'est psychologique
"J'étais fiancée avec un garçon qui vivait au bout du monde, dont j'étais raide dingue. J'attendais impatiemment qu'il arrive à Paris. En attendant, j'ai eu une sorte d'enterrement de vie de jeune fille long de plusieurs mois : je couchais et flirtais avec qui je voulais, rassurée de ne rien ressentir d'aussi fort qu'avec mon fiancé. Puis j'ai rencontré David, un comédien hyper drôle qui ressemblait comme deux gouttes d'eau à Brad Pitt, avec un air français encore plus chou. L'alchimie était totale, le sexe, dingue, et vite on s'est vus presque tous les jours. Il savait que j'étais fiancée, et on ne parlait jamais de sentiments, même si cétait hyper fort entre nous. L'échéance approchant, je redoutais l'impact psychologique de l'arrivée de mon amoureux que je n'avais pas vu depuis 8 mois. J'ai donc quitté David du jour au lendemain, comme "convenu", lui disant que j'avais besoin d'au moins deux semaines de break avant de revoir l'autre. On ne s'est plus jamais revus, ni rappelés, alors qu'au bout du compte notre idylle avait duré deux bons mois. Au moins. Quand même. " Juliette, 29 ans.

Sorry
"L'année dernière, je me remettais à peine de la fin de ma grande histoire d'amour, mais j'avais quand même quelqu'un en vue. Sentant que ça allait prendre du temps à se faire, j'ai pas pu m'empêcher de sortir avec un garçon entre-temps.... Limite pour le sport. Un mois après, quand enfin ma target s'est décidée à m'embrasser, j'ai appelé mon copain bouche-trou dès le lendemain, lui disant que j'avais rencontré quelqu'un et que c'était fini. C'est terrible, il était hyper triste." Ghislaine, 22 ans

C'est la femme qui prend l'homme
"Avec mon petit ami, on était dans la même classe et pour l'été on avait décidé de se trouver, ensemble, un stage fun : du coup, on a chopé un stage sur le tour de France à la voile, hyper excités à l'idée de voyager et de suivre les bateaux ensemble. Sauf que moi, typique, je tombe raide d'un mec trop beau qui était sur le bateau de l'école HEC. Du coup, je quitte mon mec et me retrouve à flirter et me marrer outrageusement avec mon fier marin, lui décernant les prix aux étapes de la course, parce qu'en plus, c 'était toujours son équipe qui gagnait. Mon ex l'a très mal pris, bien sûr, mais moi j'étais trop occupée à parader en tee-shirt de mon équipe préférée pour m'en soucier..." Anne-Sophie, 24 ans

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.